Que faire en cas d'incendie ?

Cinq morts et cinquante-sept blessés. C'est le terrible bilan de l'incendie qui a ravagé un immeuble ancien dans le XXe arrondissement de Paris. Malgré l'arrivée rapide des pompiers sur place, plusieurs habitants ont péri en se défenestrant.

Rédigé le

Que faire en cas d'incendie ?
Que faire en cas d'incendie ?
Sommaire

Un immeuble de Ménilmontant en feu

Il était 3 heures du matin dans la nuit de mercredi 13 à jeudi 14 avril 2011. Un violent feu s'est déclaré dans la cage d'escalier en bois d'un immeuble de la Cité du Labyrinthe au cœur du quartier de Ménilmontant dans le XXe arrondissement de Paris.

Les pompiers sont arrivés sur place en quelques minutes, mais pour plusieurs victimes il était déjà trop tard. quatre personnes - trois femmes et un homme – ont péri après avoir sauté par la fenêtre. Le cinquième mort a été retrouvé brûlé dans les étages.

Au total le bilan toujours provisoire, fait état de 57 personnes blessées, dont 6 sont dans un état critique. Parmi elles, un pompier blessé par une décharge électrique.

L'origine du sinistre est encore indéterminée. Selon Frédérique Calandra, maire du XXe arrondissement, "l'immeuble n'était pas vétuste". Plusieurs obstacles ont compliqué l'intervention des secours. La configuration du quartier avec ses rues très étroites. Et la cour intérieure, où l'incendie faisait rage, inaccessible depuis le rez-de-chaussée.

Au bout de 2 heures, les 300 sapeurs-pompiers mobilisés sont parvenus à maîtriser l'incendie et éviter sa propagation aux immeubles voisins.

Il s'agit du pire incendie qu'ait connu la capitale depuis 2005, une année marquée par plusieurs drames, dont celui de l'hôtel d'hébergement d'urgence Paris-Opéra où 25 personnes, dont 10 enfants, avaient trouvé la mort.

 

En cas d'incendie, les gestes qui sauvent

La chronique de Setti Dali - 23 janvier 2008

Le nombre d'incendie a doublé en France au cours des 20 dernières années. Un incendie se déclare toutes les 2 minutes, et dans près de 90 % des cas il s'agit de feu d'habitation. De tous les accidents domestiques, l'incendie est le plus lourd de conséquences. Chaque année, on recense près de 10.000 victimes et 800 décès.

Quand un feu se déclare, les habitants ont très peu de temps pour réagir. Et certains gestes simples peuvent sauver des vies.

Des détecteurs de fumée bientôt obligatoires

L'installation d'au moins un détecteur de fumée par logement deviendra obligatoire à partir de mars 2015. En pratique, tous les occupants d'un logement – qu'ils en soient propriétaire ou locataire (sauf pour les appartements meublés) – devront acheter à leurs frais au moins un d'un détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF).

Ces petits boîtiers blancs de forme ronde se vissent au plafond

Une fois le détecteur installé, l'occupant devra fournir une attestation à l'assureur en charge de son contrat d'habitation.

Ces petits boîtiers blancs de forme ronde se vissent au plafond. Ils sont alimentés par une pile et peuvent donc continuer à fonctionner même en cas de coupure de courant. Selon la nature de la pile, l'autonomie du détecteur varie entre 5 et 10 ans. Le prix oscille entre 10 et 30 euros.

Dès les premières fumées, le détecteur émet une alarme d'environ 85 décibels. Largement suffisant pour réveiller une personne dans son sommeil car 70 % des incendies mortels ont lieu la nuit.

En 2011, seuls 2% des 33 millions de foyers français sont équipés de ces détecteurs de fumée, très loin de certains de nos voisins européens comme l'Angleterre, où 89% des logements sont équipés. Or on sait que quand le taux d'équipement d'un pays dépasse les 80 %, le taux de mortalité est réduit de moitié.

 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus