Nanomatériaux : renforcer la réglementation ''sans attendre''

Dans un avis publié le 15 mai 2014, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) souligne l'existence "d'effets toxiques de certains nanomatériaux sur des organismes vivants et sur l'environnement". L'agence constate que le très grand nombre de situations d'exposition et d'interactions entre ces matériaux, l'homme et l'environnement "[rend] l'évaluation des risques [longue et] difficile". Pour cette raison, elle recommande de mettre en place "sans attendre" un encadrement réglementaire renforcé au niveau européen.

Rédigé le , mis à jour le

Nanomatériaux : renforcer la réglementation ''sans attendre''
Nanomatériaux : renforcer la réglementation ''sans attendre''

Depuis une vingtaine d'années, les nanomatériaux entrent dans la composition de très nombreux produits de la vie courante : cosmétiques, textiles, aliments, peintures, applications médicales, etc.

Les nanomatériaux sont des composants extrêmement petits (un milliardième de mètre) dont les propriétés attirent de plus en plus les industriels notamment dans le domaine de la santé. Des nanoparticules d'argent sont par exemple utilisées dans des pansements pour leurs vertus antibactériennes.

Un groupe d'expert de l'Anses publie ce 15 mai 2014 un "état des connaissances" sur les enjeux sanitaires et environnementaux liés à l'exposition aux nanomatériaux, ainsi que sur la réglementation nationale et internationale existante.

Selon eux, la gamme des dangers potentiels est aussi variée que celle des nanomatériaux.

S'appuyant sur une revue de l'ensemble des données et publications scientifiques disponibles au niveau international, le rapport fait l'inventaire d'effets identifiés sur des organismes vivants. Sur la base de tests in vitro et in vivo sur l'animal, il met en évidence, d'une part, "la capacité des nanomatériaux à passer les barrières physiologiques" et, d'autre part, la toxicité de certains d'entre eux, "sachant qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de données directement sur l'homme, en raison de l'absence d'études épidémiologiques".

"Malgré la progression des connaissances scientifiques, les incertitudes restent importantes quant aux effets des nanomatériaux sur la santé et l'environnement", soulignent les experts, pointant du doigt "les limites des méthodologies existantes en matière d'évaluation des risques".

Compte tenu de ces éléments et "face à la complexité du sujet", l'Agence recommande le lancement de plusieurs projets de grande envergure pour "développer les connaissances sur les caractéristiques des nanomatériaux et de leurs dangers, tout au long du cycle de vie des produits". Il s'agirait notamment "de favoriser le développement d'essais de sécurité pertinents pour évaluer les risques sanitaires des produits contenant des nanomatériaux destinés à être mis sur le marché".

De plus, l'Anses appelle à ce que soit mis en oeuvre sans délai "un encadrement réglementaire renforcé des nanomatériaux manufacturés au niveau européen, afin de mieux caractériser chaque substance et ses usages, en prenant en compte l'ensemble du cycle de vie des produits".

"Le faisceau de données disponibles sur la toxicité de certains nanomatériaux apparaît en effet […] scientifiquement suffisant pour envisager leur encadrement selon la réglementation européenne", conclut l'Anses.

En savoir plus sur les nanomatériaux :

Et aussi :

 

Sponsorisé par Ligatus