L'Avastin® enfin autorisé pour soigner la DMLA

Si le Lucentis®, médicament particulièrement coûteux, était jusqu'à présent le seul autorisé pour soigner la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), l'Assemblée a décidé d'en autoriser un autre bien moins cher, l'Avastin®, aux termes du vote d'un amendement au budget rectificatif de la Sécurité sociale.    

Rédigé le

L'Avastin® enfin autorisé pour soigner la DMLA
L'Avastin® enfin autorisé pour soigner la DMLA

Les négociations menées par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, avec le laboratoire Novartis, depuis 2012, afin de baisser le prix du Lucentis® (9% de baisse en 2014), n'ont pas suffi pour rendre ce traitement abordable : environ 800 euros par injection mensuelle, autrement dit une somme bien plus élevée que les 30 à 50 euros que coûte chaque injection d'Avastin®, un anticancéreux du laboratoire Roche.

Peu étonnant donc que de nombreux praticiens hospitaliers aient décidé de se tourner vers l'Avastin®, avant que son utilisation pour traiter la DMLA ne soit interdite dès juillet 2012 par la Direction générale de la santé "pour préserver les impératifs de sécurité sanitaire". Décision provoquant l'indignation de nombreux spécialistes. 

La ministre de la Santé a donc décidé le 2 juillet 2014 de faire voter un amendement autorisant le traitement le moins coûteux, ce qui selon Gérard Bapt, le rapporteur du texte, devrait permettre "une économie pour la Sécurité sociale de 200 millions d'euros par an au minimum". Une aubaine pour le projet du gouvernement de réduire les dépenses de santé de 2,9 milliards d'euros pour 2015.

Des éléments restent néanmoins en attente, concernant notamment les suspicions de pratiques anti-concurrentielles et d'accords illicites des laboratoires Novartis et Roche, déjà condamnés par l'Autorité de concurrence italienne.

VOIR AUSSI :