Femme mise en examen pour morsure

Une femme, qui a déclaré être porteuse du VIH, a été mise en examen pour avoir mordu un policier mardi 12 avril 2011, à Mantes-la-Jolie (Yvelines). La quadragénaire est poursuivie pour "tentative d'empoisonnement, violence sur personne dépositaire de l'autorité publique et conduite ans permis en récidive."

Rédigé le

Femme mise en examen pour morsure
Femme mise en examen pour morsure

Mardi soir, la mère de famille a emprunté avec son véhicule une rue en sens interdit. Conduite au commissariat, elle s'est débattue et a mordu trois policiers dont un "violemment" en lui "souhaitant de mourir en disant avoir le Sida".

Des analyses sont en cours pour savoir si cette allégation est exacte.

Le 25 mars 2011, un homme a été condamné à cinq ans de prison dont deux avec sursis par la cour d'assises du Bas-Rhin pour avoir sciemment transmis le virus du sida à son ancienne compagne.

Rappel sur les modes de transmission du VIH :

  • Les rapports sexuels non protégés avec pénétration vaginale, anale ou buccale. La fellation peut éventuellement transmettre le VIH en cas de contact entre le sperme (ou le liquide pré-séminal) de cette personne et la muqueuse de la bouche pour la personne qui fait la fellation, surtout en présence de problèmes buccaux (gingivite, angine, candidose, plaie ouverte et récente, soins dentaires, traumatismes buccaux) et en particulier d'Infections Sexuellement Transmissibles à localisation buccale (syphilis, blennorragie). Le principal déterminant de la transmission lors de la fellation reste la charge virale dans le sperme (ou le liquide pré-séminal) du partenaire.
 La fellation comporte en particulier un risque non négligeable lorsque le partenaire est en primo-infection par le VIH, donc s'il vient d'être contaminé. Le cunnilingus ne peut pas être considéré comme réellement associé à un risque de transmission du VIH. 
Une femme qui reçoit un cunnilingus ne peut pas être contaminée dans la mesure où la salive ne transmet pas le VIH.
  • Les échanges sanguins, dans des circonstances bien précises (partage de matériel d'injection en cas d'usage de drogues injectables, piqûre accidentelle chez un professionnel de santé, transfusion de sang avant 1985).

  • La transmission de la mère à l'enfant pendant la grossesse ou l'allaitement.

En conclusion le VIH vit à l'intérieur de certaines cellules du corps, qui sont présentes dans le sang et les secrétions sexuelles. C'est un virus qui ne peut se transmettre que d'un être humain à un autre être humain. Le VIH ne peut pas se transmettre par la baignade, un baiser, une étreinte, un éternuement, la toux, une piqûre d'insecte, le partage d'un verre ou d'un vêtement, etc.

En savoir plus :