Donnez vos gamètes !

L'Agence de la biomédecine lance cette mi-novembre une campagne nationale pour encourager les dons de spermatozoïdes et d'ovocytes, afin de satisfaire les besoins de tous les couples infertiles devant recourir à une Assistance médicale à la procréation (AMP) avec don de gamètes.

Rédigé le

Entretien avec le Pr Dominique Royère, directeur de la procréation embryologie génétique de l'Agence de biomédecine

"Même si elle progresse, l'activité du don d'ovocytes reste insuffisante au regard des besoins", constate l'Agence de biomédecine dans un communiqué. La situation du don de spermatozoïdes apparaît "moins critique". Mais "la vigilance s'impose", poursuit l'Agence. "Depuis 2011, le recrutement des donneurs marque le pas."

Faire un don de gamètes est possible pour les femmes entre 18 et 37 ans, et les hommes entre 18 et 45 ans, en bonne santé et ayant déjà eu un enfant. Il est réalisé dans des établissements de santé autorisés par les ARS, sur avis de l'Agence de la biomédecine, pour cette activité. Il est soumis aux trois principes éthiques communs à tous les dons issus du corps humain : libre consentement au don, anonymat et gratuité. (Source : Agence de Biomédecine)

Selon le Dr Françoise Merlet, médecin en charge de l'assistance médicale à la procréation (AMP) à l'Agence, "un objectif de 900 donneuses et de 300 donneurs par an permettrait de répondre aux besoins et d'assurer la diversité de profils requise pour apparier au mieux donneurs et receveurs". Tendre vers une autosuffisance "permettrait de réduire le recours à des soins à l'étranger qui, indépendamment des contraintes que cela impose aux couples, n'est pas toujours en mesure d'apporter la même garantie de qualité et de sécurité sanitaire que les soins pratiqués en France."

Afin de permettre au public "[de] s'engager dans une démarche dont il comprend parfaitement les enjeux et les règles", l'Agence de la biomédecine a mis en place un numéro vert (0 800 541 541) ainsi que deux sites internet d'information sur le don : dondovocytes.fr et dondespermatozoides.fr.

L'Agence de la biomédecine souhaite aussi "renforcer l'information des professionnels de santé", qui constituent "un relais clé" pour faire connaître le don de gamètes et répondre aux questions du public.

Pour en savoir plus :