Variole du singe : le niveau d’alerte maximal déclenché

L'Organisation mondiale de la Santé a décidé de déclencher, samedi, son plus haut niveau d'alerte face à l'épidémie de variole du singe. Près de 17 000 personnes ont été contaminées depuis début mai.

Mathis Thomas avec AFP
Rédigé le , mis à jour le
En France, 1567 cas de variole du singe ont été recensés depuis début mai
En France, 1567 cas de variole du singe ont été recensés depuis début mai  —  Twitter : @TheSilverSteele

Vers une nouvelle pandémie mondiale ? Après avoir minimisé sa contagiosité pendant plusieurs mois, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclenché, samedi 23 juillet, l'alerte maximum sur la variole du singe.

"J'ai décidé de déclarer une urgence de santé publique de portée internationale", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'un point de presse. Le patron de l’OMS a également précisé que le risque de contamination dans le monde était relativement modéré, à part en Europe où ce risque est “élevé”.

Quelle est la situation dans le monde ?

Selon le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), la variole du singe a touché plus de 16 836 personnes dans 74 pays, à la date du 22 juillet. En France, 1567 cas ont été recensés depuis début mai.

Le Dr Tedros a souligné qu'à l'heure actuelle, "cette flambée est concentrée parmi les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, et en particulier ceux qui ont des partenaires multiples, ce qui veut dire qu'elle peut être stoppée avec les bonnes stratégies dans le bon groupe".

À lire aussi : Variole du singe : l'Union européenne commande plus de 100 000 vaccins

Comment se transmet la variole du singe ?

La variole du singe se transmet par contact prolongé avec une personne déjà infectée. La maladie se transmet majoritairement par voie sexuelle : en France, 95% des cas de contamination concernent des hommes homosexuels multi-partenaires. Il est toutefois possible de contracter la maladie après contact avec du linge ou de la nourriture contaminée par une personne infectée.

"Toute personne qui a un contact physique étroit avec une personne présentant des symptômes de la variole du singe, ou avec un animal infecté, présente un risque élevé d’infection", précise le site de l'OMS.

Comment se protéger ?

Si la maladie n’est pas mortelle, elle peut entraîner de fortes fièvres, des maux de tête, des douleurs musculaires ou des ganglions enflés. La maladie peut rapidement évoluer en éruption cutanée, avec la formation de croûtes, notamment sur le visage. 

Pour se protéger, l'OMS recommande de vacciner les personnes les plus à risque ainsi que les personnels de santé susceptibles d'être confrontés à la maladie. L'Agence européenne des médicaments a approuvé l'utilisation d'un vaccin contre la variole humaine pour étendre son utilisation contre la propagation de la variole du singe. Ce vaccin est déjà utilisé à cette fin dans plusieurs pays, dont la France.

La plateforme de l’OMS recommande certains gestes pour se protéger.

- Lavez-vous régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou avec une solution hydroalcoolique, en particulier après avoir été en contact avec une personne infectée ;

- Lavez les vêtements, les serviettes, les draps et les ustensiles de cuisine de la personne infectée avec de l’eau chaude et du détergent ;

- Nettoyez et désinfectez toutes les surfaces contaminées et éliminez les déchets contaminés (par exemple, les pansements) de manière appropriée.

La variole du singe, c'est quoi ?  —  Allodocteurs.fr

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !