Un collyre contre la presbytie disponible aux Etats-Unis : que faut-il en penser ?

Un médicament vient d’être commercialisé aux Etats-Unis dans la correction de la presbytie. Son but : améliorer la vision de près. Mais s’agit-il d’une vraie révolution ? On fait le point.

Dr Anne Sikorav
Dr Anne Sikorav
Rédigé le , mis à jour le
Un collyre contre la presbytie disponible aux Etats-Unis : que faut-il en penser ?

Vers 45 ans, les bras ont tendance à s'allonger quand on bouquine. Ce phénomène est (juste) un marqueur inexorable du temps : l’arrivée de la presbytie et la gêne pour voir de près … Lunettes, lentilles ou chirurgie sont les solutions classiques utilisées à ce jour pour corriger ce défaut de vision.  

Une nouvelle possibilité de traitement est désormais proposée depuis décembre dernier aux USA : les gouttes correctrices Vuity, du laboratoire pharmaceutique américain Allergan  Ce traitement médical a reçu le feu vert de la Food Drug Association, sur la base de deux essais cliniques menés sur 750 volontaires âgés de 40 à 55 ans. Il s’agit du tout premier traitement médical de la presbytie.  

Un effet quasi immédiat et temporaire

Une goutte par oeil et adieu les lunettes ? Presque ! Concrètement, les gouttes de collyre Vuity doivent être administrées quotidiennement et agissent au bout de 15 minutes, explique le fabricant. La vision de près (comme la lecture d’un livre) et intermédiaire (comme le travail sur ordinateur) sont alors améliorées jusqu’à 6 heures, sans impacter la vision de loin.  

Un traitement déjà connu : la pilocarpine

Ces gouttes correctrices du laboratoire Allergan utilisent une molécule qui n’est pas nouvelle à base de pilocarpine diluée. 
Comment ça marche ? Les gouttes de pilocarpine vont réduire la taille des pupilles, pour augmenter la profondeur de champ et donc de la mise au point, comme pour un appareil photo. 

Ce traitement est déjà utilisé depuis longtemps dans le glaucome, une maladie dégénérative du nerf optique, mais il n'est désormais prescrit que dans certaines indications, en raison d’effets indésirables (maux de tête, larmoiement …).
Le laboratoire souligne que dans le cas des gouttes Vuity, en plus de la concentration réduite, la formulation est aussi optimisée pour réduire les effets indésirables. 

Sur le papier, ces gouttes semblent très prometteuses… Mais est ce vraiment le cas ?

Marina Carrère d'Encausse et Régis Boxelé expliquent la presbytie
Presbytie : quelles solutions ?  —  Allo Docteurs

Des restrictions d’utilisation 

Les collyres correcteurs de presbytie ont un effet limité dans le temps, et c’est bien là leur principal défaut. C'est une solution provisoire pour corriger la presbytie et ils ne vont donc pas remplacer définitivement les lunettes de lecture.  

Et les autres points négatifs ne s’arrêtent pas là :  

D’abord, ce ne sont pas tous les presbytes qui peuvent bénéficier de ce traitement. Ces gouttes correctrices fonctionneraient mieux chez les personnes avec une presbytie faible à modérée, c’est-à-dire les "jeunes presbytes" selon le laboratoire Allergan.  

Autre bémol, certaines précautions d'usages qui peuvent être contraignantes  :  "Prudence lors de la conduite de nuit ou lors d’activités dangereuses effectuées dans des conditions de faible luminosité. Des difficultés temporaires pour régler la mise au point entre les objets proches et éloignés peuvent survenir. Ne pas conduire si la vision n’est pas claire" , indique le laboratoire.  

Et dernier point à considérer : les effets secondaires, qui peuvent être bien présents. Des maux de têtes, des rougeurs des yeux surviennent chez plus de 5% des patients. Douleurs oculaires et vison floue ont aussi été rapportées chez 1 à 5 % des patients.  

Solution provisoire, indications de prescriptions limitées, ou survenue d’effets secondaires… Le potentiel de ces gouttes correctrices semble donc contrebalancé par toutes ces contraintes. 

D’autres traitements du même type restent cependant attendus, notamment celui de la société new-yorkaise Eyenovia qui souhaite proposer le traitement "Microline", aussi à base de pilocarpine. Des données supplémentaires d’études cliniques devraient apporter plus de réponses.

A lire aussi : Existe-t-il des formes de presbytie précoce ?

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !