Sidaction : la campagne qui refait le film avec des scènes de sexe cultes

Les préservatifs trop souvent oubliés au cinéma et dans les séries ? A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, le Sidaction lance une campagne pour replacer les préservatifs dans les scènes de sexe de films ou séries cultes.

Mathis Thomas
Rédigé le , mis à jour le
20 scènes de sexe de films ou séries sont présentes dans le jeu Unforgettables
20 scènes de sexe de films ou séries sont présentes dans le jeu Unforgettables  —  Sidaction

Ne faites pas comme Jake et Rose, sortez couverts ! Pour la journée mondiale de la lutte contre le sida, ce mercredi 1er décembre, l’association Sidaction a créé Unforgettables, un jeu permettant de sensibiliser le jeune public à l’utilisation de préservatifs. Vingt scènes d’amour de film et séries cultes ont ainsi été reproduites en y intégrant l’utilisation d’une protection. Au joueur de retrouver de quelle œuvre il s’agit !

De Titanic à Squid Game, en passant par Matrix, le jeu intègre un élément trop souvent oublié par les héros de nos fictions favorites au moment de passer à l’acte : le préservatif. La nouvelle campagne du Sidaction cible particulièrement le jeune public. Dans un communiqué qui accompagne la campagne, l’association indique que “seuls 34% des jeunes sexuellement actifs déclarent avoir utilisé systématiquement un préservatif lors d'un rapport sexuel (-9 points par rapport à 2020)”.

VIH : “Je vis avec le virus depuis 11 ans”  —  Snapchat : Allodocteurs Raconte

A lire aussi : Deuxième cas de "guérison naturelle" d'un patient atteint du VIH

"Les jeunes entendent peu parler du VIH"

Nos films et séries préférés sont souvent accompagnés de scènes de sexe qui nous marquent longtemps. Pourtant, il y a un geste essentiel qu’elles ont oublié de laisser dans notre mémoire”, poursuit l’association. “Contre le VIH, on est tous acteurs. Quand tu te protèges, tu protèges l’autre aussi”, peut-on lire à la fin de plusieurs extraits.  

Alors que 13% des nouvelles découvertes de séropositivité concernent les jeunes de moins de 25 ans, selon Santé publique France, “les jeunes entendent peu parler du VIH, notamment à l'école. Les séances d'éducation à la sexualité sont obligatoires en théorie, mais dans la pratique leur mise en place est insuffisante”, explique Florence Thune, directrice générale de Sidaction.  

“Tous les sujets doivent être abordés : découverte de son corps, consentement, infections sexuellement transmissibles, incitation au dépistage, variété des moyens de prévention, orientations sexuelles..." - Florence Thune, directrice générale de Sidaction

L'objectif est donc de sensibiliser un public jeune au port du préservatif pour limiter le risque de contamination à la maladie du sida, ou à d'autres maladies sexuellement transmissibles. "Il faut amener les jeunes à parler entre eux, à exprimer ce qui les intéresse et, à partir de ce dialogue, surviendront les questions de prévention”, conclut Florence Thune.