1. / Se soigner
  2. / Urgences

Soigner les malades jusqu'au bout de la nuit

En décembre 2014, un médecin de nuit est agressé lors de sa tournée nocturne dans le Val-de-Marne. Une énième agression physique qui met en lumière le travail chaque jour plus difficile de ces professionnels de santé dans les quartiers difficiles. Le Dr Régent régulièrement insulté, caillassé et agressé physiquement nous fait découvrir l'une de ses nuits de travail afin de comprendre ses conditions de travail.

Rédigé le , mis à jour le

Soigner les malades jusqu'au bout de la nuit

Le Dr Régent débute sa journée à 20h30. Le Samu lui communique l'adresse des personnes en attente de soins. Mais en chemin, la liste des visites s'allonge. Certains soirs, le Dr Régent est le seul médecin à couvrir le sud du Val-de-Marne.

"La nuit cristallise les peurs et les angoisses. Les personnes âgées ont peur de la nuit, de la mort… Donc souvent on vient juste pour les rassurer et c'est ce qui fait plaisir dans ce métier. Et il y a une variété des pathologies qui fait qu'il faut toujours être vigilant", explique le Dr Régent, médecin urgentiste de nuit.

Cela fait douze ans que le Dr Régent ne travaille que la nuit. Envoyé par le Samu quand une ambulance n'est pas nécessaire, il sillonne avec sa mallette les moindres recoins du département, y compris des quartiers parfois inhospitaliers.

Exercer la nuit devient de plus en plus compliqué

À chaque visite chez un patient, son lot de surprises. Parfois l'adresse est incomplète. Parfois le médecin n'est tout simplement pas payé. Si le Dr Régent le prend philosophie, c'est qu'il n'a pas le choix. Dans tout le Val-de-Marne, il ne reste plus que deux médecins à exercer la nuit, là où ils étaient encore quinze il y a quelques années.

Il est vrai qu'exercer la nuit devient de plus en plus compliqué pour les médecins. En deux ans, le Dr Régent a été agressé quatre fois physiquement. Dernière agression en date, en décembre 2014. Pourtant après toutes ces agressions, le Dr Régent est toujours présent au bout de la nuit au chevet des patients.

VOIR AUSSI