1. / Se soigner
  2. / Prévention

Moto, scooter, vélo... : comment choisir son casque ?

Sur les routes, motards et cyclistes sont logés à la même enseigne : porter un casque peut sauver des vies. Mais à une seule condition, il faut bien choisir son casque ! Alors comment choisir son casque ? Comment bien se protéger à deux-roues ? Setti Dali vous donne quelques conseils.

Rédigé le , mis à jour le

Conseils de protection pour les utilisateurs de deux roues.

Le port du casque peut sauver des vies. Encore faut-il bien le choisir ! Près de 20% des casques sont éjectés lors d'un accident car ils sont mal attachés, mal ajustés. D'où l'importance de choisir le bon casque.

Tout d'abord, il y a un casque à bannir : on l'appelle le jet. Le jet est très tendance en ville, chez les propriétaires de scooters. Problème : il ne protège pas la face. Pire, en cas de choc, la visière peut vous sectionner le visage. On ne roule pas à moto sans un casque intégral, qui enveloppe toute la tête. Comptez 200 euros pour les premiers prix, et jusqu'à 600 euros pour la Rolls-Royce des casques, avec coque ultra confort, et amortisseurs en carbone.

Des casques avec airbag ?

Des Espagnols ont tenté de sortir le premier prototype du genre, il y a cinq ans. Un boîtier connecté aux deux roues déclenchait l'airbag en cas de choc, qui venait protéger les cervicales et la nuque. Après trois millions d'euros dépensés en recherche et développement, le produit n'a jamais été commercialisé. Trop lourd, deux kilos sur la tête, le casque risquait de provoquer un coup du lapin. Il était aussi trop cher : 900 euros.

Autre idée innovante : aux Etats-Unis, ils ont inventé un casque avec rétroviseur intégré sur la visière. Pas sûr qu'un tel produit voit le jour en France. L'image peut en effet perturber l'attention du motard, et être à l'origine d'un accident.

La réglementation régissant le casque moto

On rappelle qu'un casque non attaché ou non homologué est puni d'une amende de 135 euros et trois points au permis. Il y a deux types d'homologation : la norme NF sur étiquette verte et la norme européenne, E + numéro indiquant le pays de fabrication, le 2 pour la France.

Ensuite, il faut choisir un casque bien serré. Pour savoir s'il est adapté, secouez plusieurs fois la tête sans fermer la jugulaire. Le casque ne doit pas bouger. Après tout impact violent, on change de casque. D'ailleurs, il ne faut jamais acheter un casque d'occasion.

Protéger les mains et les pieds

Il faut également bien se protéger les mains et les pieds. Les traumatismes de la main et des pieds peuvent être graves. Il faut donc porter des gants en cuir, avec des renforts au niveau des phalanges, et des chaussures de sécurité. Pour le corps, il est conseillé de porter des coques pour le coude, genoux et hanches. Cela limite les risques de fracture. Vous pouvez aussi trouver des blousons équipés d'une coque dorsale.

Le blouson airbag est un gilet assez fin, dans lequel est intégré un airbag, qui est connecté au deux roues via des émetteurs radio. Au moindre choc ou perte de contrôle du véhicule, les capteurs de choc déclenchent l'alerte et le gilet se gonfle. Avec le blouson airbag, votre thorax est bien protégé, mais aussi l'abdomen et le rachis. Il ne vous empêchera pas d'avoir des hémorragies ou des lésions internes liées à la violence de l'impact, mais il sauve des vies dans la plupart des accidents à basse et moyenne vitesse, entre 30 et 100 km/h. Son prix : 900 euros.

Port du casque : les cyclistes mauvais élèves

Si 99% des motards circulent casqués, le constat est alarmant du côté des cyclistes. Un cycliste sur deux ne porte pas de casque réglementaire parce qu'il n'est pas obligatoire, et qu'il est jugé trop inesthétique, surtout en ville.

Alors pour vous convaincre de porter un casque à vélo, je vous donne quelques idées. Tout d'abord, une sorte d'écharpe qui dissimule un airbag, muni de capteurs. En cas de choc, il se gonfle en un centième de seconde et enveloppe cou, nuque et crâne. Comptez 400 euros le produit. Avec cet équipement, vous pouvez acheter au moins trois casques classiques.

Des progrès en matière d'esthétisme sont actuellement réalisés. Il existe une casquette dont une coque, très résistante, est dissimulée en-dessous. Et si vous assumez de porter un casque, prenez-le en mousse expansée antichoc, alias EPS. Ce casque est le plus résistant. Avec une lumière LED à l'arrière, il permet également d'être bien visible. Enfin une petite capuche, anti-pluie, vous évitera d'abîmer votre brushing !

VOIR AUSSI

Sponsorisé par Ligatus