1. / Se soigner
  2. / Politique santé
  3. / Présidentielle 2017

Quel candidat fera le moins pour la santé publique ?

Sept personnalités avaient envoyé à la quasi-totalité des candidats à l'élection présidentielle 2017 vingt questions destinées à évaluer leur volonté d'agir "contre des facteurs de risque évitables à l'origine de 100.000 morts prématurées par an". Selon les résultats présentés ce 11 avril, Jean-Luc Mélenchon est le mieux noté, devant Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et François Fillon.

Rédigé le

Quel candidat fera le moins pour la santé publique ?
Quel candidat fera le moins pour la santé publique ?

Il y a plusieurs mois, les intentions de sept candidats à la présidentielle en matière de santé publique et de sécurité routière ont été sondées par au travers de questions formulées par des experts réputés : le Dr Irène Frachon (la pneumologue qui a alerté sur le scandale du Mediator), Chantal Perrichon (présidente de la Ligue contre la violence routière), le Pr Claude Got (spécialiste des questions de sécurité sanitaire et routière), Catherine Hill (épidémiologistes) et les professeurs Serge Hercberg (spécialiste de la nutrition), Gérard Dubois et Albert Hirsch (Alliance contre le tabac).

Sur la prévention, il a été demandé qui était prêt à augmenter fortement le prix du paquet de cigarettes, à favoriser l'activité physique dans la vie quotidienne par des financements et pour lutter contre l'obésité, à agir contre les aliments trop gras, trop sucrés, trop salés par l'intermédiaire d'une réglementation de la publicité et des taxes. La lutte contre la promotion inappropriée des médicaments (avec interdiction des visiteurs médicaux et en faisant en sorte que la formation continue des médecins soit indépendante des laboratoires) ou l'augmentation du nombre de radars mobiles faisaient aussi partie des mesures proposées par les experts.

Des notes allant de 20… à 2

Les résultats de l'enquête ont été dévoilés ce 11 avril. Jean-Luc Mélenchonn qui a répondu "oui" à l'ensemble des mesures préconisées par ces experts, y compris celles pouvant fâcher des électeurs, décroche un 20. Benoît Hamon obtient un 15, Nathalie Arthaud un 13, Jacques Cheminade un 12, Marine Le Pen un 8, Emmanuel Macron un 7 et François Fillon un 2. Les autres candidats n'ont pas répondu (Nicolas Dupont-Aignan n'avait pas été contacté).

Emmanuel Macron accepte d'augmenter le prix du paquet de cigarettes à 10 euros dès 2017, François Fillon refuse et Benoît Hamon propose "d'augmenter les taxes de 10% par an" (sans répondre positivement). À l'exception de M. Mélenchon, aucun ne se déclare franchement pour un paquet à 20 euros à la fin de son quinquennat.

Quant au remplacement de la mention "à consommer avec modération" par la quantité d'alcool pur en grammes et le nombre de calories dans chaque contenant, il est accepté par trois candidats (MM. Hamon, Macron et Mélenchon), et considéré comme "à étudier" par M. Fillon.

Taxer les aliments proportionnellement notamment à leur teneur en gras, sucre et sel est accepté par Benoit Hamon et refusé par François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Deux mesures font consensus auprès de tous les candidats : la mise en place en France du logo à 5 couleurs 5C/NutriScore sur la face avant des emballages (permettant de comparer la qualité nutritionnelle des aliments), et la création de dispositifs financiers favorisant l’accès à la pratique d’activité physique dans la vie quotidienne. Sur cette dernière mesure, les experts observent que celle-ci "est caractéristique d’un acte qui ne fait peur à aucun électeur, donc à aucun candidat".

avec AFP