1. / Se soigner
  2. / Politique santé
  3. / Lobby

Comment le lobby du lait avance masqué

Cet été, le lobby de l’industrie laitière a fait le buzz à l'occasion d'une intervention dans une école primaire. Il incitait les enfants à ne pas manger de fruits au petit-déjeuner.

Rédigé le , mis à jour le

Comment le lobby du lait avance masqué

Dans une vidéo, le journaliste, Hugo Clément de France 2 raconte que sa belle-fille a eu droit à un cours de nutrition à l’école primaire. A l’aide de brochures, les enfants étaient amenés à faire des exercices dans lesquels on vantait les bienfaits du lait pour la santé. La personne qui animait cet atelier était une diététicienne salariée du CNIEL. 

Une employée du CNIEL (Centre National Interprofessionnel de l'Économie Laitière), du lobby de l’industrie laitière a donc pénétré dans l’école. A priori la directrice de l’école et l’institutrice ont été dupées. C’est vrai que si on se rend sur le site du CNIEL on trouve de nombreuses brochures et matériel mis à la disposition gratuitement des enseignants. Le lobby du lait n’est pas le premier à faire ça, le lobby du vin ou de sucre se sont aussi déjà introduits dans les écoles, c’est une méthode classique. On fait la promotion d’un produit sous couvert de légitimité scientifique. Mais comme le rappelle Hugo Clément, la présence de lobbies dans les écoles est inacceptable et intolérable. En revanche, le journaliste termine sa vidéo en précisant que manger des produits laitiers n’est pas nécessaire et là c’est plus compliqué. 

Le PNNS recommande 3 à 4 produits laitiers par jour

Manger des produits laitiers fait partie des recommandations nutritionnelles officielles et bien qu’elles puissent choquer les vegan comme Hugo Clément, ces recommandations sont pour les enfants de 3 à 4 produits laitiers par jour et 2 pour les adultes. Cela est justifié car les produits laitiers sont une source importante de calcium nécessaire à une bonne croissance.

Alors certes, on peut remplacer le lait par d’autres sources de calcium comme le chou, les noisettes ou les sardines, par exemple, mais en termes de message de santé publique, c’est plus difficile à faire passer et plus compliqué à faire avaler aux enfants. Donc ce qui est choquant dans cette histoire, ce ne sont pas la valorisation des produits laitiers en tant que tels, mais bien que cette valorisation soit réalisée par le lobby du lait lui-même au sein même des écoles... 

Le lait dans les écoles, une vieille histoire !

On a tous en tête le verre de lait de Mendès France, alors pourquoi s’en émouvoir seulement aujourd’hui ? En 1954, le président du Conseil Pierre Mendès France organise la distribution d’un verre de lait dans les écoles de la République. Le but était de lutter contre la dénutrition, l’alcoolisme chez les plus jeunes mais aussi développer la filière laitière. 

En intervenant dans les écoles de façon masquée, le CNIEL est loin des préoccupations de dénutrition de Mendès France. D’autant qu’il faut préciser que le CNIEL est financé en partie par des grands groupes comme Danone ou Lactalis qui vendent des produits laitiers transformés dont certains sont par ailleurs riches en sucres et en matière grasse, donc pas très conseillés d’un point de vue nutritionnel. On est alors sur une logique industrielle et pas de santé publique comme à l’époque de Mendès France.  

Un lobby qui essaie d'imposer sa présence

Mi-juin se déroulait un congrès de pédiatrie à Paris et certains confrères journalistes s’étaient étonnés de la présence de Mc Donalds France comme sponsor et exposant. Macdo y vantait d’ailleurs son célèbre menu pour enfant, mais ce n’était pas l’unique sponsor, on y trouvait aussi le CNIEL qui organisait un symposium/débat. 

Dans son communiqué de presse, le CNIEL ne cache pas ses inquiétudes concernant la consommation de lait en baisse chez les jeunes. En effet, entre 2010 et 2016, la consommation est passée de 237 ml/jour à 202 chez les 3 à 5 ans et de 211 ml/jour à 181 chez les 6-8 ans. On peut se demander si c'est une préoccupation de santé publique de la part du CNIEL, on pourrait même en douter !

La mission du CNIEL est "d’organiser l’économie laitière de façon cohérente pour favoriser le développement économique du secteur". On peut se demander si les intérêts réels des médecins présents à ce symposium étaient les mêmes que ceux de l’industrie du lait. Être proche des scientifiques est une stratégie de lobbying classique, cela permet de légitimer un discours ou une présence.  

Le lobby de l’industrie laitière sur Youtube ! 

Le lobby de l’industrie laitière n’hésite pas, pour essayer de séduire les enfants, les adolescents et les scientifiques, à utiliser leur langage. Il s’est offert le Youtubeur Mister V et ses 5 millions d’abonnés, qui, a réalisé une vidéo spéciale pour l’occasion. Le nouveau directeur du digital du CNIEL a décidé de rajeunir l’image du lobby en utilisant l’ancien slogan "les produits laitiers sont mes amis pour la vie". Ça fait le buzz et à la suite de cette vidéo les plus importants Youtubeurs ont même créé ensemble une autre vidéo reprenant le slogan. Elle a été vue 20 millions de fois, c’est énorme  ! En revanche, c’est loin d’être transparent pour l’internaute lambda qui n’a pas l’impression de regarder une pub. Il est seulement prévenu à la fin  ! 

Le CNIEL, un lobby très actif 

Le CNIEL est un lobby actif mais pas très transparent, avec sa promotion auprès du public. C’est la même chose pour ses actions de lobbying auprès des pouvoirs publics .

Normalement, les lobbies ont pour obligation de déclarer leurs actions sur le site de la" transparence de la vie publique". Seulement, quand on tape CNIEL sur le site on s’aperçoit que les déclarations n’ont pas été rendues publiques pour l’année 2018. Et là, c’est un vrai problème légal  !

Que ce soit dans les écoles, auprès des ados ou des pouvoirs publics, ce lobby avance masqué, c’est le propre d’un lobby. Mais aujourd’hui ce type de comportement n’est plus toléré par la population qui est en demande de transparence.  

Voir aussi sur Allodocteurs.fr