1. / Se soigner
  2. / Examens médicaux
  3. / Echographie

Une femme attaque son gynécologue après la naissance de son enfant avec un bras atrophié

Elle attaque en justice la clinique et le gynécologue qui avait réalisé ses échographies de grossesse, sans anticiper cette malformation.

Rédigé le

Une femme attaque son gynécologue après la naissance de son enfant avec un bras atrophié
Une femme attaque son gynécologue après la naissance de son enfant avec un bras atrophié

C’est un dossier qui vient tout juste d’être pris en charge par le tribunal de grande instance de Marseille : "Ma cliente, qui [a accouché en 2016] de son premier enfant à 26 ans, a constaté avec stupeur que son enfant est né sans avant-bras droit et sans main droite", a expliqué à la presse Michaël Drahi, avocat des parents.

La jeune femme, qui était suivie dans une clinique de Vitrolles, avait pourtant réalisé les échographies trimestrielles recommandées. "Dans les comptes-rendus échographiques des 1er et 2ème trimestres, réalisés par le même médecin, il était écrit que les quatre membres étaient visibles dans leur intégralité", assure Me Drahi.

Le TGI a désigné deux experts pour étudier le dossier, et déterminer s’il y a eu faute ou négligence de la part des praticiens.

Une bonne échographie ne permet pas toujours d'anticiper une malformation

Israël Nisand, président du Collège national des gynécologues et obstétriciens (CNGOF), juge que "le gynécologue n'est pas responsable de la malformation, et [qu’]une échographie n'est pas une assurance anti-malformation". D'après lui "c'est sur les membres que l'échographie est la moins pertinente, il peut y avoir des erreurs".

Surtout, Israël Nisand appelle à "attendre l'expertise médicale" : "l[es] maladie[s] des brides amniotiques, par exemple, peu[ven]t faire disparaître un membre lors du troisième trimestre de grossesse", alors même que durant ses derniers mois de développement, le bébé n'apparaît pas intégralement à l'échographie, du fait de sa grande taille.

Les "maladies des brides amnotiques" désignent un groupe de maladies caractérisées par des malformations congénitales complexes, qui concernent le plus souvent (mais pas excluviement) les bras ou les jambes. Les causes exactes du phénomène ne sont pas encore connues. Selon une hypothèse de recherche, des brides fibreuses se formeraient dans le sac amniotique, qui causeraient la strangulation des membres touchés. Une autre piste suggère que les fameuses structures fibreuses ne joueraient pas de rôle direct dans les malformations, et que celles-ci seraient liées à des anomalies vasculaires.

avec AFP

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus