1. / Se soigner
  2. / Droits et démarches
  3. / Santé et travail

Arrêts de travail : un nouveau site internet alerte le corps médical

La nouvelle plateforme « arretmaladie.fr » permet d’obtenir un arrêt de travail en une dizaine de minutes. La CPAM intente une action en justice.

Rédigé le

Le site internet "arretmaladie.fr" permet d'obtenir un arrêt de travail de 3 jours maximum.

Ouverte au début du mois de janvier 2020 la plateforme "arretmaladie.fr" a suscité l’indignation du corps médical en à peine quelques jours.

Ce site internet permet d’obtenir un arrêt de travail, de 3 jours maximum, sans rendez-vous chez le médecin mais grâce à une rapide téléconsultation.

Quelques clics suffisent. L’utilisateur coche des cases avec ses symptômes, indique s’il a des antécédents médicaux, note son identité et son numéro de sécurité sociale… Et le tour est joué ! Il ensuite guidé vers une salle d’attente virtuelle pour une courte entrevue avec un médecin généraliste.

Le service se dit remboursable « sous conditions » et promet un arrêt de travail délivré en ligne en PDF. La caisse nationale d’assurance maladie (CPAM) a annoncé vouloir faire fermer ce site internet et engager une action en référé devant le tribunal et déposer devant le tribunal un référé pour « tromperie. »

Pour le Dr Jean-Christophe Calmes, médecin généraliste et vice-président du syndicat MG France, ce site aura « un effet inflationniste sur la prescription d’arrêt de travail. »

Avec cette plateforme, le patient semble choisir seul de se mettre en arrêt maladie… Qu’en pensez-vous ?

Dr Jean-Christophe Calmes, MG France : « C’est exactement ça. C’est la négation même de ce qu’est un arrêt de travail. C’est une prescription médicale correspondant à un diagnostic précis, établi en fonction d’un contexte que le médecin traitant est à même de connaître. Et absolument pas en téléconsultant à distance. »

Comment un arrêt de travail est-il prescrit normalement ?

Dr Jean-Christophe Calmes, MG France : « L’arrêt de travail s’établit à l’issue d’une consultation. Il correspond à un état de santé chez quelqu’un que le médecin connaît bien car il connaît sa profession et les risques de sa profession, son environnement, ses pathologies antérieures … Il va donc établir un arrêt de travail en fonction de tout cela. »

Le nombre d’arrêt maladie augmente en France. Près d’un salarié sur deux a été arrêté ces douze derniers mois. Est-ce que ce site s’ouvre selon vous en France parce qu’il y a un marché ?

Dr Jean-Christophe Calmes, MG France :« Cela correspond tout à fait à un marché. Ils se sont installés sur une niche très précise qui est les trois jours de carence pendant lesquels l’Assurance maladie n’effectue pas de contrôle. Ils en ont profité pour proposer ce service qui est purement mercantile. »

Le fondateur du site, Can Asay, estime que son service va permettre de réduire le nombre d’arrêts maladie en France. Il se fonde sur l’exemple de la Norvège où les salariés ont été autorisés à s’auto-arrêter jusqu’à trois jours. Cela est-il possible d'après vous ?

« Je n’ai pas d’antériorité pour ça. Mais ce que je sais c’est que si on prend l’exemple des téléconsultations et de la prescription d’antibiotiques…Et bien ces dernières augmentent lors des téléconsultations. Donc on peut se douter que ce site aura un effet inflationniste sur la prescription d’arrêt de travail. Une très mauvaise chose à mon sens. »

Voir aussi sur Allodocteurs.fr