Comment savoir (rapidement) si vos horloges biologiques sont déréglées ?

Des chercheurs viennent de dévoiler une nouvelle technique pour vérifier si les cycles de fonctionnement de nos cellules sont décalés. Elle permettrait de réduire drastiquement la durée et la lourdeur des examens.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Comment savoir (rapidement) si vos horloges biologiques sont déréglées ?

Les cellules qui composent l’organisme d’une mouche, d’une souris ou d’un être humain ne fonctionnent pas toutes de la même façon selon l’heure de la journée (voir encadré "Métronomes cellulaires"). Chez certaines personnes, ces horloges internes peuvent être déréglées, notamment du fait de troubles hormonaux. Pour réaliser un bilan de l’ensemble des "décalages horaires" de l’organisme, les spécialistes recourent à l’heure actuelle à une méthode efficace, mais peu subtile. Il s’agit en effet de réaliser, toutes les heures, une prise de sang sur le patient, puis d’en extraire toutes les cellules circulantes détachées des différents organes. Pour chaque prélèvement, et chaque type de cellules, on analyse l’expression des gènes, afin d’extrapoler le rythme de fonctionnement de chaque partie du corps.

Dans la revue Proceedings of the National Academy of Science, une équipe nord-américaine présente une nouvelle méthode de mesure, qualifiée à la fois "d’universelle" et de "robuste", qui ne requiert que… deux prises de sang.

Voir également : À chaque organe son horloge biologique !

Pour concevoir la nouvelle procédure, les chercheurs ont analysé des données de prélèvements "classiques" réalisés chez 73 volontaires. Après avoir passé les informations recueillies à la moulinette informatique, ils sont parvenus à identifier une quarantaine de marqueurs biologiques dont l’évolution permet de prédire l’état de toutes les "horloges internes" considérées. À l’aide de deux mesures prises à quelques heures d’écart, il semble possible de tout déduire !

Les auteurs ont donné un libre accès à leur procédure, afin que d’autres chercheurs puissent tenter de la répliquer, de la confirmer, ou de l’affiner. Pour l’heure, cette découverte n’est donc pas encore prête à entrer dans tous les laboratoires de chronobiologie mais, comme le soulignent les chercheurs, "[elle] ouvre de nombreuses perspectives pour étudier la façon dont l’horloge interne est liée à la santé".

la rédaction d’Allodocteurs.fr

Source : R. Braun et al. "Universal method for robust detection of circadian state from gene expression". PNAS, 2018. doi:10.1073/pnas.1800314115

Métronomes cellulaires

Un grand nombre de processus chimiques donnent le "tempo" de la vie de chaque type de cellule : certaines sont des lève-tôt, d’autres répètent leur activité selon un cycle de quelques heures, etc.

On estime qu’environ la moitié de nos gènes s’exprimerait en étant soumis à la loi de "l’horloge interne" de chaque cellule ! Du fait de ces variations, certains traitements seront plus efficaces s’ils sont pris le matin plutôt que le soir.