Paracétamol, ibuprofène, aspirine : fin de la vente en accès libre ?

Ces produits vendus sans ordonnance sont accessibles en libre service à la pharmacie. Mais l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament souhaiterait mieux sécuriser leur consommation en les plaçant derrière le comptoir.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le paracétamol dont l’usage est très banalisé peut en fait être dangereux pour le foie. Un risque multiplié par sa présence « cachée » dans différents médicaments contre le rhume par exemple. Pour l’aspirine et l’ibuprofène qui appartiennent à la famille des anti-inflammatoires non stéroïdiens, les dangers sont surtout importants en cas d’infection. Il ne faut pas en prendre plus de 3 jours en cas de fièvre, pas plus de 5 jours en cas de douleur, ne pas en prendre deux différents en même temps et enfin éviter l'aspirine en cas de varicelle car elle peut provoquer une complication grave, appelée syndrome de Reye.

Des risques méconnus du grand public

« Autant de consignes qui peuvent être rappelées par le pharmacien. Il y a plein de situations différentes pour lesquelles il faut faire hyper attention. Lorsqu’on est insuffisant hépatique, il ne faut pas utiliser de paracétamol, lorsqu’on est insuffisant rénal, pas d’ibuprofène, lorsqu’on a une infection, on ne peut pas prendre d’anti-inflammatoires sans avoir une couverture d’antibiotiques derrière » explique Hervé Zibi, pharmacien. les anti-inflammatoires peuvent en effet faire flamber l'infection. Les risques sont bien réels. Les dégâts provoqués par le paracétamol sur le foie peuvent imposer une greffe… Et l’ibuprofène a provoqué de graves infections comme des pneumonies parfois mortelles.