À Valenciennes, les enfants vont au bloc opératoire en voiture !

Pour obtenir une plus grande efficacité de l'anesthésie, l'hôpital de Valenciennes propose aux enfants de se rendre au bloc opératoire en voiture électrique.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

À l'hôpital de Valenciennes, le service de chirurgie ambulatoire a fait le buzz avec une idée très originale : les enfants partent au bloc opératoire en voiture électrique. La démarche est ludique ... et surtout thérapeutique ! L'objectif est en effet de réduire le stress des jeunes patients pour améliorer l'efficacité de l'anesthésie.

Quand il arrive au bloc, le petit patient est en effet détendu et n'a pourtant pris aucun médicament, ce qui facilite beaucoup le travail de l'anesthésiste : "Les enfants qui viennent au bloc en voiture n'ont absolument plus d'anxiolytique en prémédication. Ce sont les voitures qui font office de prémédication. Le réveil est beaucoup plus rapide, les enfants sont apaisés, et le retour à la maison est aussi plus rapide", explique le Dr Cécile Rivoal, anesthésiste-réanimateur.

À lire aussi : Anesthésie : un risque pour les enfants ?

Diminuer les doses de médicaments et raccourcir le temps d'hospitalisation étaient l'objectif visé par le Dr Nabil Elbeki, anesthésiste-réanimateur. Lui et ses collègues ont financé eux-mêmes l'achat de deux voitures, la troisième a été offerte par le club de football de Valenciennes.

Dans ce service, plusieurs médecins sont formés à l'hypnose. Mais les soignants cherchaient une méthode plus originale et adaptée aux enfants. Ils ont eu l'idée de la voiture électrique : "Quand vous conduisez vous-même votre voiture, parfois vous ne vous rendez pas compte que le temps passe. Vous êtes arrivé à votre destination et vous ne vous en êtes pas rendu compte. Cela s'appelle de l'autohypnose. Quand les enfants sont dans leur voiture, ils oublient qu'ils sont à l'hôpital, les parents aussi et le personnel soignant également. L'ambiance est beaucoup plus détendue et tout le monde s'évade un peu", constate le Dr Nabil Elbeki, anesthésiste-réanimateur.

Mais en médecine, rien ne vaut la preuve scientifique. Les bolides feront bientôt l'objet d'une étude clinique visant à mesurer l'impact de ces jouets sur la prise d'anxiolytiques et sur la qualité de réveil de leurs pilotes.