Tramadol, paracétamol ... comment la douleur chez l'enfant est-elle prise en charge ?

Médicaments, thérapies alternatives, neurostimulation... Les soignants disposent aujourd'hui d'un large arsenal pour soulager les douleurs des enfants.

Dr Charlotte Tourmente
Dr Charlotte Tourmente
Rédigé le , mis à jour le
Tramadol, paracétamol ... comment la douleur chez l'enfant est-elle prise en charge ?
Shutterstock

"Pour traiter les douleurs chez les enfants, nous avons le panel des traitements de l'adulte, comme le paracétamol, les anti-inflammatoires, parfois la codéine à partir de 12 ans, le tramadol et les morphiniques si besoin (NDLR : médicaments dérivés de la morphine)", énumère le Dr Soyeux, médecin de la douleur pour les enfants. 

Migraines, scolioses et douleurs neuropathiques

"Les causes les plus fréquentes au centre de la douleur où je travaille sont liées à des migraines, des céphalées chroniques, des scolioses, des douleurs d'origine musculo-squelettique", constate le Dr Soyeux.


La migraine se traite assez facilement avec de l'ibuprofène, voire des triptans pour les enfants dont le poids est supérieur à 30 kg. Dans les douleurs neuropathiques, d'origine neurologique, certains antiépileptiques, comme la prégabaline ou certains antidépresseurs comme l'amitriptyline, sont indiqués.    

"Pour les douleurs inexpliquées, dites à bilan normal, il faut travailler sur ce qu'il se passe dans la vie de l'enfant : familles dysfonctionnelles, harcèlement à l'école, abus de diverses natures", ajoute le Pr Annequin, spécialiste de la douleur, psychiatre et fondateur du centre de la douleur de l'hôpital Trousseau. "Quand le corps parle, c'est pour éviter d'aborder des sujets plus délicats voire interdits. Ce n'est pas toujours simple d'aborder ces sujets sans culpabiliser."

A lire aussi : Harcèlement scolaire : Hazerka raconte l'enfer qu'il a vécu au collège

Relaxation, hypnose et méditation

Pour les douleurs liées à l'anxiété, la prise en charge est complexe et nécessite une équipe pluridisciplinaire avec un psychologue, un médecin et une infirmière spécialisée dans la douleur.   

"Nous recommandons particulièrement des techniques de gestion du stress, la relaxation, l'hypnose ou la méditation en pleine conscience", détaille le Dr Soyeux. "On peut aussi avoir recours à la neurostimulation électrique cutanée, aussi appelée TENS". Il s'agit d'un boitier délivrant des ondes électriques dans les zones douloureuses.

A lire aussi : Jambes sans repos : l'espoir de la stimulation du nerf vague

 "Dans notre équipe, une infirmière utilise aussi l'aromathérapie, par exemple la menthe poivrée pour les migraineux. Nous avons aussi mis en place un jardin thérapeutique dans l'unité, qui est un petit carré de jardin où l'on emmène les enfants lors d'ateliers éducatifs pour stimuler les sens, distraire de la douleur et amorcer un dialogue avec les enfants renfermés", ajoute le Dr Soyeux.

D'après la spécialiste, les jardins thérapeutiques sont un outil de prise en charge supplémentaire. "Les jardins ont un effet sur l'anxiété, la dépression, l'estime de soi. Cet outil aide les enfants anxieux ou dépressifs, et nous pouvons orienter évidemment vers les Centres Médico-Psychologiques pour un suivi psychologique."

Depuis l'épidémie de Covid, le Dr Soyeux constate une recrudescence des douleurs en lien avec l'anxiété. 

Leucémies de l'enfant : un traitement innovant
Leucémies de l'enfant : un traitement innovant  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !