Mort du nouveau-né de Cristiano Ronaldo : pourquoi les grossesses gémellaires ou multiples sont plus risquées

Le quintuple vainqueur du Ballon d’Or Cristiano Ronaldo, qui attendait avec sa compagne des jumeaux, a annoncé lundi la mort de l’un de ses deux nouveaux-nés. Quels sont les risques d’une grossesse multiple ? Les réponses de deux gynécologues-obstétriciens.

Mathis Thomas
Rédigé le , mis à jour le
Mort du nouveau-né de Cristiano Ronaldo : pourquoi les grossesses gémellaires ou multiples sont plus risquées

"C'est avec la plus profonde tristesse que nous devons annoncer que notre petit garçon est mort." L’attaquant portugais de Manchester United Cristiano Ronaldo a annoncé que l’un des jumeaux qu’il attendait avec sa compagne Georgina Rodriguez n’avait pas survécu à l’accouchement. La petite fille est née saine et sauve, mais son frère est décédé.

En France, les grossesses multiples représentent environ 2% des grossesses annuelles, selon l’Académie nationale de médecine. Mais elles correspondent également à près de 20 % des admissions dans les services de réanimation et médecine néonatale. Pour Allodocteurs.fr, le Pr Élie Azria et le Pr Michaël Grynberg, deux gynécologues-obstétriciens, reviennent sur le suivi de ces grossesses singulières, et sur les risques encourus par les mères et leurs nouveaux-nés.

À lire aussi : Deuil périnatal, cette mort dont on ne parle pas

Quel suivi pour une grossesse multiple ?

Les grossesses gémellaires ou multiples sont particulièrement suivies médicalement. Selon le Pr Élie Azria, chef de service de la maternité à l’Hôpital Paris Saint-Joseph, ces grossesses peuvent être favorisées par divers facteurs. “L’âge de la mère augmente la probabilité d'avoir une grossesse multiple", indique-t-il. "On observe également un taux plus important de ce type de grossesse chez les femmes ayant déjà accouché par le passé."

Pour limiter le risque de complications, “le suivi médical d’une femme enceinte de jumeaux doit être réalisé par un gynécologue-obstétricien”, précise le Pr Azria. Contrairement à une grossesse classique, où la femme peut être prise en charge par une sage-femme. La fréquence des échographies est également plus importante. “Le délai entre deux consultations peut s’espacer de seulement 15 jours en cas de grossesse monochoriale.

Quels sont les différents types de grossesses gémellaires ?

On parle de grossesse monochoriale lorsque les deux foetus logent dans une même poche amniotique. À l’inverse, dans une grossesse bichoriale, les fœtus ne partagent pas le même placenta. Ils “présentent moins de risques de malformations ou de complications”, ajoute le gynécologue-obstétricien.  

Ces différentes grossesses sont à différencier des gémellités monozygotes ou dizygotes”, note le Pr Azria. “Des jumeaux monozygotes (ndlr : un ovule fécondé par un seul spermatozoïde) peuvent évoluer dans des poches amniotiques séparées, tandis que des jumeaux dizygotes peuvent partager le même placenta.” 

Pour le Pr Michaël Grynberg, gynécologue-obstétricien, il faut toutefois différencier grossesses gémellaires et multiples. “Dès qu’il y a plus de trois fœtus, la grossesse devient vraiment à risque”, souligne-t-il. “On parle même de grossesse pathologique dans ces cas là.” 

Quels risques pour la mère ?

La fréquence des grossesses multiples augmente avec l’âge. On observe une altération de la fonction ovarienne entre 35 et 40 ans”, souligne le Pr Grynberg.

Les futures mères de jumeaux sont également plus exposées au risque d'hypertension ou de diabète de grossesse, également appelé diabète gestationnel. Mais c’est principalement pendant et après l’accouchement que le risque augmente.

Il peut y avoir des complications sévères pour la mère lors de l’accouchement”, prévient Élie Azria.  “L’accompagnement se poursuit également après la naissance, avec un risque de post-partum plus important pour les mères de jumeaux.” 

Enfants exposés à l'alcool pendant la grossesse : à surveiller !  —  Le Magazine de la Santé - France 5

À lire aussi : Grossesses tardives, PMA : les naissances gémellaires en hausse

Quels risques pour les bébés ?

Les cas de complications interviennent majoritairement lors de grossesses monochoriales, indiquent les spécialistes. “On peut observer une différence de poids entre les deux bébés”, détaille Michaël Grynberg. “Peut également survenir le syndrome transfuseur-transfusé, où l’un des foetus monopolise les ressources de la poche amniotique, aux dépens de l’autre. Les deux nouveaux-nés peuvent alors avoir de graves séquelles.

Il y a également un risque accru de prématurité”, précise le Pr Azria. “Le canal utérin peut avoir plus de mal à supporter deux fœtus ou plus, et les bébés peuvent naître prématurément.” Chez les foetus qui partagent le même sac amniotique, les cordons ombilicaux peuvent également s'entremêler. Ce qui interrompt la circulation sanguine et peut entraîner la mort de l'un des foetus.

Est-il possible de pratiquer une césarienne ?

On aurait tendance à penser qu’une césarienne pourrait être privilégiée par rapport à un accouchement par voie basse à l'issue d’une grossesse multiple. “C’est tout le contraire”, insiste Élie Azria. “La grande majorité des naissances de jumeaux se fait par voie basse, en particulier si le premier jumeau se présente par la tête. On effectuera une césarienne uniquement si le second bébé se présente en position transverse ou en siège.” 

Pour le Pr Grynberg, le plus important reste de ne pas angoisser les futures mères. “Il est nécessaire de rassurer les futures mamans”, conclut-il. “Dans la grande majorité des cas, la grossesse et l’accouchement se déroulent sans aucunes complications.”