Covid : les nourrissons ne sont pas épargnés par les formes graves

Selon une étude américaine, les nourrissons représentaient plus d'un cinquième des enfants hospitalisés pour Covid-19 sévère. Ces données soulignent l’importance de la vaccination maternelle contre le coronavirus.

Dr Anne Sikorav
Dr Anne Sikorav
Rédigé le , mis à jour le
Covid : les nourrissons ne sont pas épargnés par les formes graves

"Parmi les cas de COVID-19 sévère chez des patients âgés de plus de 7 jours et moins 18 ans, 20,3% étaient des nourrissons " : voici le message d’alerte lancé récemment par des chercheurs américains, qui se sont intéressés aux caractéristiques des enfants hospitalisés pour Covid.    

Pour arriver à cette conclusion, ces scientifiques ont identifiés tous les enfants hospitalisés pour une infection par le SRAS-CoV-2 dans 62 hôpitaux répartis dans 31 états américains, sur une période allant du 15 mars au 27 décembre 2020. Leur étude a été publiée dans la revue "The Pediatric Infectious Disease Journal". On revient sur leurs conclusions.    

66% des nourrissons étaient en bonne santé

Au total, 2113 enfants ont été hospitalisés pour toutes formes de Covid- sévère ou non sévère. Parmi eux, 232 (soit 11,0 %) nourrissons âgés de moins d'un an, relèvent les chercheurs.
Autre fait important : sur les 630 cas de formes sévères chez des patients âgés de plus de 7 jours, 128 (20,3%) étaient des nourrissons, avec un âge médian de 2 mois.

Quels sont les nourrissons les plus exposés ? Les données peuvent surprendre : 66 % des nourrissons atteints de forme sévères étaient auparavant en bonne santé, révèle l’étude.
Moins de 13% des nourrissons souffraient de maladies respiratoires ou cardiovasculaires sous-jacentes, soulignent les scientifiques. 

La prématurité représente aussi un facteur de risque. Les auteurs de l'étude soulignent qu'une proportion importante (66%) des nourrissons appartenaient à des "minorités ethniques".    

Quelles sont les complications ?

73 % des nourrissons hospitalisés pour une forme sévère de Covid ont développé des complications respiratoires, pouvant parfois nécessiter un apport en oxygène, détaillent les chercheurs. 

Ces nourrissons pouvaient aussi présenter des complications hématologiques (24 %, cas ) cardiaques (24 %), neurologiques (22 %) et rénales (16 %). 

Enfin, si 30, 8 % des nourrissons atteints de Covid sévère ont du être hospitalisés en soins intensifs, seul un nourrisson est décédé sur toute la période de l’étude.    

Des séquelles à long terme ?

"Dans l'ensemble, les résultats à court terme chez les nourrissons hospitalisés avec COVID-19 étaient rassurants, avec peu de patients intubés, pour la plupart de brefs séjours à l'hôpital et plus de 99 % de survie jusqu'à la sortie de l’hôpital ", insistent les auteurs de l’étude.

Mais un point d’inquiétude subsiste : existera-t-il à long terme des séquelles chez les nourrissons infectés ? 

Bien que la plupart des nourrissons hospitalisés avec COVID-19 n'aient pas souffert de complications importantes, les résultats à plus long terme restent flous- Les auteurs de l’étude 

D’autres études sont donc nécessaires, pour mieux caractériser et prédire les facteurs de risque de Covid sévère, mais aussi pour évaluer les potentielles séquelles chez les nourrissons infectés. 

Dans tous les cas, les spécialistes sont unanimes : la vaccination anti-covid pendant la grossesse protège la mère mais aussi le nouveau-né. "Les femmes enceintes qui se font vacciner transmettent des anticorps au fœtus et protègent ainsi le nouveau-né contre le virus" rappelle le ministère de la santé.   

A lire aussi Covid : les bébés nés de mères vaccinées ont moins de risque d'être hospitalisés

Covid : la difficile prise en charge du PIMS chez les enfants
Covid : la difficile prise en charge du PIMS chez les enfants  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !