1. / Maladies
  2. / Psychiatrie
  3. / Dépression

Dépression : cinq infos pour tout comprendre

La dépression est-elle fréquente ? Quels sont les facteurs de risque ? Quels sont les différents types d’épisodes dépressifs ? Le point pour mieux comprendre et appréhender cette maladie.

Rédigé le

Dépression : cinq infos pour tout comprendre
Dépression : cinq infos pour tout comprendre
  • 19% de Français ont vécu ou vivront une dépression

La dépression n’est pas une maladie rare. Selon Santé publique France, la dépression est l’une des maladies psychiques les plus fréquentes et 19% des Français ont vécu ou vivront une dépression au cours de leur vie.

De même, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 300 millions de personnes dans le monde seraient atteintes de dépression. En 2018, Santé publique France révélait que près d’une personne sur dix avait vécu un épisode dépressif caractérisé au cours des 12 derniers mois.

A lire aussi : Dépression : les cinq signes qui doivent alerter

  • Il existe différents types de dépression

Même si la dépression est identifiable par des symptômes caractéristiques et par un ralentissement psychomoteur général, chaque personne la vivra différemment : "l’exemple le plus parlant est celui de l’appétit", note le docteur Pierre-Michel Llorca, psychiatre au CHU de Clermont-Ferrand. "Quand 70% des personnes déprimées auront un appétit diminué et une perte de poids, 30% verront leur appétit et donc leur poids augmenter" précise-t-il.

Plus globalement, il existe différents types de dépression : "certaines sont marquées par une composante anxieuse très importante et seront alors plus difficiles à soigner" détaille le psychiatre. D’autres formes, "assez rares mais plus graves" comporteront une "caractéristique psychotique avec des épisodes délirants et des formes de culpabilité" explique le docteur Llorca.

  • Les femmes sont plus à risque que les hommes

Plusieurs facteurs de risque de la dépression sont identifiés. "Les facteurs de risque les plus importants sont les antécédents familiaux et personnels", observe le docteur Llorca. "Vous avez ainsi plus de risque de faire une dépression si des personnes de votre famille ont souffert d’une dépression ou si vous avez vous-même déjà souffert de dépression" précise le spécialiste.

Autres facteurs de risques : "les ruptures sociales et l’isolement", poursuit le psychiatre.
Enfin, les femmes et les hommes ne sont pas égaux face à la dépression. Les femmes seraient ainsi deux plus à risque de souffrir d’une dépression que les hommes, selon Santé publique France. Et deux périodes de leur vie sont particulièrement à risque : "autour de 50 ans, lors de la ménopause, et après 70 ans" souligne le docteur Llorca.

  • La dépression peut être saisonnière

Il existe une forme saisonnière de la dépression, qui survient le plus souvent à l’automne ou à l’hiver et disparaît au printemps. Cette forme est cependant assez rare et ne doit pas être confondue avec un "coup de déprime" ou un "coup de blues" plus court et moins constant.

D’autres périodes sont également plus à risque de dépression pour les personnes vulnérables : il s’agit notamment des semaines qui suivent la perte d’un être cher ou la période qui suit l’accouchement. On parlera alors d’épisode dépressif du post-partum, qui est plus intense et plus long que le "baby blues" plus facilement surmontable.

  • Jusqu’à un tiers des dépressions sont "résistantes"

Entre 15 et 30% des épisodes dépressifs sont dits "résistants", selon la fondation FondaMental. De quoi s’agit-il ? Une dépression est dite "résistante" lorsque les traitements sont inefficaces.

Plus précisément, ce terme est employé "lorsque la personne dépressive a reçu deux traitements différents pendant une durée suffisante – six à huit semaines – à une dose efficace – dose définie par l’Autorisation de Mise sur le Marché – et pour qui ces médicaments n’ont toujours pas montré d’efficacité" détaille le docteur Llorca.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr