1. / Maladies
  2. / Poumons
  3. / Bronchite, BPCO

La BPCO, une maladie qui se féminise

A l'occasion de la journée mondiale de la BPCO, les pneumologues alertent sur l'augmentation du nombre de femmes touchées par cette maladie, longtemps considérée comme une "maladie d’hommes".

Rédigé le , mis à jour le

28% des femmes françaises consomment du tabac

"Aujourd’hui, 40 à 45 % des malades souffrant de BPCO sont des femmes", alarme le Dr Jean-Philippe Santoni, pneumologue à la Fondation du souffle. La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) – une obstruction importante des voies aériennes – touche entre 3 et 4 millions de Français. Elle est principalement causée par le tabagisme, d’où son autre nom, la bronchite chronique du fumeur. L’occasion pour la Fédération française de pneumologie, la Société de pneumologie de langue française et la Fondation du souffle de lancer, en cette journée mondiale de la BPCO, une vaste campagne de sensibilisation à l’intention des femmes et des professionnels de santé.

"La cause première et principale de la maladie est le tabagisme – dans 90 % des cas. Nous avons à ce jour la certitude que plus un individu a fumé, plus il risque de développer une BPCO. On estime qu’à partir d’un paquet par jour pendant 15 ans, le risque devient significatif", explique l’association BPCO. Cette maladie entrave l’action des alvéoles pulmonaires, jusqu’à les détruire. Elle empêche ainsi l’oxygène de passer dans le sang, ce qui réduit considérablement la capacité respiratoire.

Les femmes risquent de développer une BPCO plus tôt

Aujourd’hui, la BPCO touche presque autant d’hommes que de femmes. Et pourtant, ces dernières sont souvent diagnostiquées trop tard. Un comble, quand on sait qu’elles sont plus à risque que les hommes. "Leurs poumons sont plus vulnérables : il n’y a pas d’égalité de ce point de vue-là !", explique le Dr Santoni, qui précise que "ce risque s’explique aussi par des phénomènes hormonaux et génétiques". En outre, les femmes risquent de développer la maladie plus tôt que les hommes. "Parfois, la BPCO touche des femmes de moins de 40 ans. Et généralement, quand on voit une patiente aussi jeune qui est essoufflée et qui tousse, on pense qu’elle fait de l’asthme", note le Dr Santoni. Malheureusement, les conséquences d’un diagnostic trop tardif peuvent être dramatiques : non traitée à temps, la BPCO cause des dommages irréversibles.

Par ailleurs, le développement de la maladie diffère en fonction du sexe, explique le pneumologue : "La comorbidité n’est pas la même chez les hommes et chez les femmes." "Les hommes ont tendance à développer des maladies cardiovasculaires, alors que les femmes souffrent d'ostéoporose, d'anxiété, de dépression, et parfois de cancers broncho-pulmonaires. D’où l’importance de traiter la dépression et l’anxiété chez les femmes atteintes de BPCO, ce qui ne se fait pas assez", ajoute Jean-Philippe Santoni.

"Une vision anachronique de la maladie"

Si les femmes restent sous-diagnostiquées, c’est que pendant longtemps, cette maladie a été associée à un mode de vie masculin, les hommes étant censés fumer davantage. "Auparavant, on nous enseignait que la BPCO était une maladie de l'homme !", s'emporte le pneumologue. Pourtant, les chiffres actuels contredisent cette croyance populaire : 28 % des femmes françaises consomment du tabac. Ce taux atteint même 46 % chez les femmes âgées de 20 à 25 ans ! Une situation "imputable à une vision anachronique de la maladie", selon l’Association BPCO. Et le Dr Santoni de conclure : "La recherche sur la vulnérabilité des femmes à BPCO n’est assez avancée. Il a un vrai désengagement de l’Etat sur ce sujet."