1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Sida-VIH

Côte d'Ivoire : un fléau nommé VIH

Plus aucun enfant ne devrait aujourd'hui naître avec le VIH. Tous les traitements existent désormais pour éviter la transmission du virus du sida de la mère à l'enfant. Mais si cette protection fonctionne en Occident, plusieurs pays d'Afrique et notamment la Côte d'Ivoire, sont encore très loin du compte.

Rédigé le , mis à jour le

Côte d'Ivoire : un fléau nommé VIH
Côte d'Ivoire : un fléau nommé VIH
Sommaire

Prévenir la transmission du VIH de la mère à l'enfant

La première urgence des hôpitaux est de convaincre les femmes ivoiriennes de se faire dépister.

En Afrique, des centaines de milliers d'enfants naissent chaque année avec le VIH selon l'Unicef. L'Afrique de l'Ouest et du Centre sont particulièrement touchées à cause de systèmes de soins précaires et difficiles d'accès pour les populations. Sans parler du poids des tabous qui règnent encore autour du sida.

L'Unicef, Fonds des Nations Unies pour l'enfance, aide ce continent depuis des années dans la lutte contre le VIH en apportant notamment son soutien aux professionnels de santé et aux associations engagées dans la lutte contre le VIH. L'un des enjeux majeurs de cette lutte concerne la prévention de la transmission du virus de la mère à l'enfant.

La Côte d'Ivoire fait partie des pays qui restent en grande difficulté puisque la moitié des femmes enceintes séropositives n'est toujours pas correctement suivie pour mettre leur nouveau-né à l'abri du VIH.

 

Le combat d'une sage-femme

Difficile d'imaginer une grossesse sans la moindre échographie et même sans aucune consultation médicale. C'est pourtant encore le cas pour un très grand nombre de femmes en Afrique de l'Ouest et du Centre. Peu à peu, chaque pays tente d'améliorer le suivi de la femme enceinte et du nourrisson. Le virus du sida fait partie des nouvelles menaces contre lesquelles il faut les protéger.

Plus importante dans les villes, l'épidémie arrive même en monde rural car les hommes partent souvent travailler loin de leur village pendant plusieurs semaines, circulent… et rapportent parfois le virus avec eux. Une jeune sage-femme s'engage jour et nuit pour la santé de ses patientes autour du village de Boli, à 70 kllomètres de Yamoussoukro la capitale de la Côte d'Ivoire.

 

Chigata : un centre d'accueil pour les enfants séropositifs

L'association Chigata vient en aide aux enfants séropositifs.

Selon l'Unicef, il y a aujourd'hui près de 15 millions d'orphelins dont les parents sont morts du sida. Et plus de 33 millions de personnes sont touchées par le VIH dont 2 millions d'enfants. Plus de la moitié de ces personnes vivent en Afrique subsaharienne où l'accès aux traitements est encore souvent très difficile.

À Abidjan en Côte d'Ivoire, l'association Chigata aide et protège les enfants infectés par le VIH dont les soins sont mis en danger par la stigmatisation de leur famille et la pauvreté. La crise du printemps 2011 a encore aggravé la situation et l'association est sollicitée pour un nombre croissant d'enfants rejetés par les orphelinats à cause de leur maladie. Mais sa présidente, Rose Dossou, tente au maximum de préserver les liens familiaux avec le soutien de l'Unicef.

 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus