1. / Maladies
  2. / Diabète

Conducteurs diabétiques : quelles précautions au volant ?

Selon un sondage réalisé en novembre 2015, moins d'un conducteur diabétique sur deux a été averti des risques de sa maladie au volant. Pourtant, les malaises hypoglycémiques peuvent survenir à n'importe quel moment sur la route. Ils peuvent mettre en danger le conducteur, ses passagers mais aussi les autres usagers. Quelles précautions prendre? À quelles obligations légales doivent répondre les personnes diabétiques pour conduire ? Explications.

Rédigé le , mis à jour le

Le patient diabétique doit toujours mesurer son taux de glycémie avant chaque trajet en voiture.

Un quart des personnes diabétiques a déjà ressenti un symptôme d'hypoglycémie au volant. "Les principaux symptômes sont un rythme cardiaque rapide, des sueurs, des mains qui tremblent, une sensation soudaine d'avoir faim, la vue peut se brouiller ou encore une sensation de fatigue intense", explique le Dr Marine Halbion, diabétologue.

Des signes faciles à reconnaître mais qui ne se manifestent pas chez tous les malades comme le souligne le Dr Halbion : "Ca peut survenir chez des patients qui ont un diabète très ancien, qui ont fait beaucoup d'hypoglycémie et ils ne sentent plus du tout que leur glycémie est en train de descendre. Résultat : la glycémie descend très bas, ils ne prennent pas la bonne décision car ils n'ont pas les symptômes. Ce n'est pas de leur faute mais ils n'ont plus les symptômes. Et lorsque la glycémie est vraiment trop basse, le cerveau n'a plus assez de sucre et on peut perdre connaissance".

Problème : 56% des conducteurs diabétiques ne seraient pas sensibilisés aux dangers du diabète au volant. Et 74% ne connaîtraient pas la réglementation routière concernant leur maladie. Le diabète entraîne la délivrance d'un permis de conduire provisoire d'une durée maximale de cinq ans. Sans date limite de validité inscrite sur son permis, le patient diabétique risque gros : jusqu'à 750 euros d'amende et une non couverture des dégâts par son assurance en cas d'accident.

Selon la loi, le seul à pouvoir juger de la capacité d'un diabétique à conduire est un médecin agréé par le préfet. Il doit être différent de son médecin traitant, gage d'objectivité.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr