1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / Maladie d'Alzheimer

Quand une ancienne ballerine atteinte d'Alzheimer danse sur le Lac des Cygnes... On vous explique pourquoi.

Une ancienne danseuse atteinte d’Alzheimer s’anime soudain en écoutant le Lac des Cygnes. Il n’en fallait pas plus pour émouvoir des millions d’internautes.

Rédigé le

Quand une ancienne ballerine atteinte d'Alzheimer danse sur le Lac des Cygnes... On vous explique pourquoi.
Quand une ancienne ballerine atteinte d'Alzheimer danse sur le Lac des Cygnes... On vous explique pourquoi.

En 2019, Pepe Olmedo, psychologue et directeur de l’association Musica para Despertar (musique pour se réveiller), filme Marta, une femme âgée atteinte de la maladie d’Alzheimer, en train d'écouter l’ouverture du célèbre ballet de Tchaïkovski Le Lac des Cygnes

Dans la vidéo publiée seulement fin octobre 2020, l'ancienne ballerine s’émeut dès les premières notes. Quelques secondes plus tard, elle se met à danser :

A lire aussi : Prudence après l'annonce d'un nouveau traitement de la maladie d'Alzheimer

Une ballerine dans les années 60

Le critique de danse Alastair Macaulay a enquêté sur l’histoire de cette femme, décédée quelques mois avant la publication de cette vidéo. L'écrivain, qui a travaillé pour le New York Times, a publié ses découvertes sur Instagram : 

Cette danseuse d'un grand âge qui a fait le tour des réseaux sociaux, s'appelait Marta Gonzalez Saldana. Connue sous plusieurs noms de scène, elle aurait été ballerine à New York dans les années 60. Les recherches d’Alastair Macaulay n’ont pas permis de déterminer son parcours en tant que ballerine. Mais elle n’aurait jamais fait partie du New York City Ballet comme l’affirme la description de la vidéo.

Par ailleurs, dans cette vidéo, Marta n’a pas reproduit les mouvements du Lac des Cygnes. Sa chorégraphie serait plus proche de La Mort du Cygne de Camille Saint-Saëns. Cependant, son regard inspiré a tout de même ému des millions d’internautes.

Mémoire des gestes : "C’est banal"

Selon les neurologues Marie Sarazin et Jacques Hugon, la capacité de cette patiente à se souvenir des mouvements de danse n’a rien d’étonnant. "C’est banal", s’exclame même la Pr Sarazin. Tous deux ont déjà rencontré des patients atteints d’Alzheimer qui ne se souvenaient pas de ce qu’ils avaient fait la veille, mais pourtant capables d’interpréter des morceaux de piano qu’ils aimaient jouer dans leur jeunesse.

"La maladie d’Alzheimer se caractérise par des lésions dans le cerveau. Ces lésions commencent par toucher la mémoire récente, qui permet par exemple de se souvenir du fil de sa journée. On l’appelle la mémoire épisodique", décrit le Pr Hugon. "La mémoire épisodique correspond aussi à la possibilité d’enregistrer des nouveaux souvenirs", complète Marie Sarazin.

"En revanche, la mémoire procédurale perdure beaucoup plus longtemps", explique la neurologue. Cette mémoire enregistre des savoir-faire et des mouvements, au point de les automatiser. "C’est pour cela que les malades Alzheimer peuvent encore jouer du piano", ajoute Jacques Hugon. "Ils peuvent aussi continuer à faire du vélo ou à jouer au tennis par exemple", si leur état physique le permet bien sûr.

A lire aussi : Un test pour détecter Alzheimer 20 ans avant les premiers symptômes ?

"Ce ne sont pas les mêmes régions du cerveau"

De la même manière, les patients Alzheimer se souviennent parfois mieux d’évènements anciens que de ceux de la veille. Ce n’est pas la mémoire procédurale qui est convoquée dans ce cas, mais le phénomène est similaire.

"Ce ne sont pas les mêmes régions du cerveau", explique le Pr Hugon. "Les régions les plus atteintes sont celles qui entretiennent la mémoire épisodique. Les autres régions, dont celle de la mémoire ancienne, sont atteintes plus tardivement."

A lire aussi : Apaiser les malades d’Alzheimer grâce aux chiens

La musique seulement pour apaiser les patients

Contrairement à une idée répandue, la musique n’est pas particulièrement efficace pour réactiver la mémoire. "Pour certains, la musique fonctionne, pour d’autres c’est la marche à pied par exemple", éclaire la Pr Sarazin. "Tout dépend des personnes et de leur histoire. Souvent, la musique est mise en avant simplement parce qu'elle est très facile à utiliser dans les EHPAD ou à la maison."

Toutefois, selon la neurologue, la musique permet d’apaiser le malade ainsi que son entourage, ce qui est central. "La musique intervient dans les relations soignants-soignés. Elle permet de laisser de la douceur, ainsi qu'une forme de dignité, apparaître. C’est un moment de partage qui permet de ne pas uniquement produire un acte de soin."

Quoi qu'il en soit, Marie Sarazin, Jacques Hugon, mais aussi Alastair Macaulay saluent la publication de cette vidéo qui présente une image positive des patients atteints d'Alzheimer.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr