1. / Maladies
  2. / Anatomie du corps humain

Le nombril et ses odeurs...

Il existe sûrement des questions que vous avez toujours eu envie de poser à votre médecin, mais vous n'avez jamais osé, par pudeur, crainte, voire même honte. Notre journaliste, Mélanie Morin, se pose ces questions à votre place. Et pour cette chronique, il est question d'une petite partie de notre anatomie : le nombril.

Rédigé le , mis à jour le

Chronique de Mélanie Morin, du 10 juin 2014

Le nombril est un tout petit élément mais il fait beaucoup parler de lui. En effet, nombreuses sont les personnes qui se plaignent de l'odeur de leur nombril. Avoir un nombril malodorant est un phénomène assez courant et ce sujet alimente les discussions sur le web.

Quand vous tapez sur un moteur de recherche "j'ai le nombril…", vous tomberez sur "qui sent mauvais" en premier, puis "qui suinte", "sale" et "tout rouge". La mauvaise odeur du nombril fait l'objet de 147.000 résultats sur Internet. Et sur les forums de discussion, on glane des témoignages assez parlants.

L'aspect du nombril

Le nombril se forme à l'endroit où le cordon ombilical s'insère dans le ventre du fœtus. Ce cordon qui reliait le bébé au placenta est clampé juste après la naissance, c'est-à-dire qu'on place deux pinces à quelques centimètres de distance pour stopper la circulation sanguine et entre les deux, on coupe le cordon. On place ensuite une troisième pince à environ deux centimètres de la paroi abdominale du bébé et deux jours plus tard elle sera retirée à la maternité. Le petit bout de chair restant tombera au bout d'une quinzaine de jours, laissant en place la seule cicatrice naturelle du corps humain : le nombril qu'on appelle aussi l'ombilic.

Contrairement à ce qu'on peut penser, ce n'est pas la coupe à la naissance qui donne la forme du nombril. Il se dessine déjà à l'intérieur du ventre de la mère. Cela explique pourquoi il existe autant de nombrils différents dans notre vaste monde. La seule chose qui, a priori, reste constante est sa taille entre 1,5 et 2 centimètres en moyenne. Par contre, on distingue deux grandes familles de nombrils : les nombrils creux et les nombrils convexes. Et concernant la mauvaise odeur du nombril, un nombril creux sera davantage exposé à ce problème puisqu'il s'agit d'une cavité chaude et humide dans laquelle on trouve du sébum, des squames… c'est-à-dire des petites cellules de peau, des bactéries, et tout cela macère ce qui peut générer une odeur nauséabonde.

Le nombril, un nid à bactéries

Des chercheurs ont exploré la jungle du nombril. Il s'agit d'une étude appelée "Belly button biodiversity", la biodiversité du nombril, menée en 2011 à l'université de Caroline du nord. Les chercheurs ont effectué des prélèvements dans les nombrils d'environ 500 volontaires mais les résultats portent sur une soixantaine d'individus. Verdict : près de 1.400 espèces de bactéries ont été trouvées mais il faut tempérer ces résultats, seule une quarantaine d'entre elles pourrait représenter 80% des populations de quasiment tous les nombrils.

Par ailleurs, cette équipe a établi que ces bactéries produisaient des odeurs particulières qui modifient la façon dont les êtres humains se comportent. Selon l'étude, elles permettraient de nous reconnaître les uns les autres… Il y a là quelque chose de très instinctif, un peu comme les animaux qui se reniflent pour se reconnaître. Ne soyez donc pas surpris si votre conjoint vous renifle le nombril, il vérifie juste si c'est bien de vous dont il s'agit.

La mauvaise odeur du nombril, une question d'hygiène ?

Plusieurs dermatologues se sont penchés sur la question de savoir s'il fallait se débarrasser bactéries responsables des mauvaises odeurs du nombril en se lavant. Et il semblerait que le nombre de bactéries ne dépend pas de l'hygiène. De plus, elles jouent souvent un rôle protecteur contre les agents pathogènes. Donc rien ne sert de se récurer le nombril plus que de raison. Il faut trouver le juste milieu. Et pour les personnes préoccupées par la mauvaise odeur de leur nombril qui pourtant n'est pas sale, il serait pertinent de consulter un dermatologue. Le spécialiste regardera notamment si le nombril est rouge et irrité, s'il provoque des démangeaisons... Lui seul pourra déterminer s'il s'agit d'une "omphalite", une inflammation du nombril, signe de mycose. Dans ce cas, le médecin peut prescrire un traitement antimycosique qu'on applique localement dans le nombril.

S'il s'agit d'un problème bactérien, le dermatologue prescrit une pommade antibiotique et généralement cela donne de bons résultats. Enfin, un autre symptôme doit pousser à consulter c'est l'écoulement du nombril, quand un liquide clair suinte, il faut voir un médecin pour rechercher un éventuel kyste ou une fistule c'est-à-dire une connexion anormale entre un organe et une autre structure, entre l'intestin et le nombril par exemple. C'est rare mais quand le nombril coule, on prend les devants.

Un dermatologue contacté par nos soins conseille de nettoyer le nombril avec un coton-tige imbibé d'alcool à 60 °C si la simple toilette ne suffit pas à enrayer l'odeur. Si malgré tout la mauvaise odeur persiste, filez chez le dermatologue !

N'hésitez pas à envoyer vos questions gênantes par mail : melanie@allodocteurs.fr
 

En savoir plus sur le nombril

Sur Allodocteurs.fr

Livre

  • Le nombril, le centre érotique
    Gutierre Tibon
    Ed. Horay, janvier 1992

Sponsorisé par Ligatus