1. / Maladies
  2. / Allergies
  3. / Allergies respiratoires

Allergies aux pollens : les graminées reviennent

Avec moins de pluie et plus de soleil, la dissémination des pollens de graminées dans l’air revient et, avec elle, le risque pour les allergiques de développer les symptômes classiques  comme la rhinite ou les éternuements.

Rédigé le

Allergies aux pollens : les graminées reviennent
Allergies aux pollens : les graminées reviennent

Nez bouché, écoulement nasal, démangeaisons, rougeurs, éternuements, conjonctivite. Tous ces symptômes risquent de resurgir chez les allergiques aux pollens de graminées dans les jours qui viennent, compte tenu, des prévisions météorologiques.

"Le risque d'exposition lié à ces pollens est élevé à très élevé sur une grande partie de la France, notamment dans les pays de la Loire et en Rhône-Alpes" a indiqué vendredi à l'AFP, Charlotte Sindt, présidente du Réseau national de surveillance aérobiologique RNSA. « Le retour de températures plus chaudes et d'averses plus espacées a fait exploser cette semaine la teneur de l'air en pollens de graminées », explique-t-elle.

 

 

Les zones qui seront préservées sont celles touchées par les récentes inondations car il faut d’abord que la terre sèche avant que les herbes puissent repousser. Les graminées regroupent de très nombreuses espèces de plantes qu'on appelle communément "herbes" ou "céréales". On en trouve un peu partout dans les prairies, sur les rochers, en forêt, dans l´eau, les fossés et les accotements de routes.

Une pollinisation retardée

Comme tous les autres pollens, les pollens de graminées dépendent étroitement des conditions météorologiques. La pluie empêche leur libération alors que l'ensoleillement favorise au contraire leur prolifération. L’alternance de soleil et de pluie est « très bonne pour les herbes et les pollens qui risquent d'exploser à chaque période d'ensoleillement", ajoute Charlotte Sindt.

Cette année, la pollinisation des graminées a été retardée à cause du mauvais temps en mai dans le nord de la France. Il est donc possible que la fin de la saison de pollinisation soit repoussée de mi-juin à fin-juin.

Quelques conseils pour diminuer les symptômes

Surveiller les pics de pollinisation grâce aux cartes de vigilances des pollens permet d’adapter son comportement pour réduire l’intensité des symptômes allergiques. L’effort physique à l’extérieur est déconseillé les jours de forte pollinisation. Des habitudes simples, pour limiter le contact avec les allergènes, peuvent être prise le temps du pic. Porter des lunettes évite les dépôts allergisants dans les yeux. Se couvrir la tête d’un chapeau et se laver les cheveux le soir permet d’éviter l’accumulation ou de se débarrasser des pollens de graminées piégés dans la chevelure au cours de la journée. Il est préférable d’aérer son intérieur tôt le matin quand l’air n’est pas trop concentré en pollens et de rouler les fenêtres fermées en voiture. Suivre son traitement consciencieusement est également  indispensable. Ne pas fumer réduira aussi l’intensité des réactions allergiques.