Covid : faut-il s’inquiéter des mutations du virus ?

Une nouvelle variante du Sars-Cov-2 vient d’être détectée en Angleterre. Pour l’instant, on ne sait pas si elle a un impact sur l’épidémie. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Au Royaume-Uni, près de 1000 patients seraient déjà porteurs de cette nouvelle mutation du virus à l'origine du Covid. Jusqu’ici, les autorités britanniques se veulent rassurantes. Rien ne permet d’affirmer qu’elle aurait pour conséquence d’aggraver la maladie ou de compromettre la vaccination. La mutation des virus est en effet un processus tout à fait normal.  

A l'origine des erreurs lors de l'infection par le virus de nos cellules

​Le Dr Jean-François Saluzzo, virologue, explique : “quand je fais une photocopie, je suis sûr de ressortir le document identique. Quand quelqu’un retranscrit à la main, si vous le donnez à 10 000 personnes, il y aura des fautes, c'est sûr. C’est exactement ce qu’il se passe pour les virus. Ils n’ont pas les moyens de corriger les fautes qu'ils font. Un virus, quand il lit, il peut faire des fautes, et ces fautes vont rester naturellement.” 

Quand un virus infecte notre organisme, il pénètre d’abord dans une cellule et libère son génome, c’est-à-dire l’ARN. L’ARN va se répliquer et c’est à ce moment-là que le virus peut être modifié et avoir de nouvelles caractéristiques. Ces mutations permettent au virus de s’adapter à notre système immunitaire et de survivre. 

Une mutation de la protéine Spike du virus

La mutation observée en Angleterre porte notamment sur la protéine Spike, qui enveloppe le virus. Cette protéine est très utile pour l’action des vaccins et c’est elle qui permet au virus de s’accrocher à nos cellules. Selon le Dr Jean-François Saluzzo, les mutations de cette protéine ne sont pas importantes. “Ce n’est pas seulement une mutation ponctuelle qui va perturber ce mécanisme de fixation, donc ce n’est pas parce qu’il y a une mutation dans cette protéine qu’il va y avoir une évolution drastique du virus”.  

Les autorités sanitaires britanniques ont pour le moment indiqué que “rien ne suggérait” que cette mutation rende le vaccin moins efficace.