Les croyances les plus farfelues autour des règles

Parfois douloureuses, très souvent inconfortables, les règles peuvent mener la vie dure aux femmes. Des femmes qui se transforment en furies, toxiques ou possédées par le démon... "Minute Docteur" s'est penché sur les croyances les plus folles autour des règles.

Safar Baroud
Rédigé le
Minute docteur : règles, les croyances les plus folles
Minute docteur : règles, les croyances les plus folles  —  Le Mag de la Santé - France 5

"Qu’est-ce qui te prend ? T’as tes règles ou quoi ? " Ce genre de remarques autour des règles, ces idées, selon lesquelles les menstruations transforment les femmes en monstres, ne datent pas d’hier.

Un signe de possession démoniaque

Durant l’Antiquité, s’approcher d’une femme qui avait ses règles, c’était s’exposer au mauvais sort.
Isolée, elle ne pouvait même pas se consoler en prenant l’air, car elle était considérée comme toxique pour les cultures. Laisser une femme qui a ses règles s’asseoir sous un arbre, c’était prendre le risque de voir tous ses fruits pourrir.

Même chose pour les insectes. D’après Pline l’Ancien, un seul regard d’une femme menstruée suffisait à décimer tout un essaim d’abeilles. C'était une malédiction à laquelle un avantage a tout de même été trouvé, car les femmes servaient d’insecticides en Anjou grâce à leurs pouvoirs supposés.

Tous les mois, pendant leurs règles, elles traversaient les champs de choux pour les débarrasser de leurs chenilles. Sans grand succès évidemment ! 

Des crimes sanglants

Quant à ceux qui osaient approcher la couche de leur femme pendant ses règles, gare à la punition divine. Selon la croyance populaire, concevoir un enfant à ce moment-là engendrait un enfant roux, la marque du Diable.

Des siècles plus tard, ce n’est pas mieux, certains médecins de la fin du 19e siècle ont même affirmé que pendant leurs règles, les femmes commettaient plus de crimes sanglants.

Cette croyance étonnante aura eu le mérite d’éviter la guillotine à certaines meurtrière.   

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !