1. / J'ai mal…
  2. / Au ventre
  3. / Constipation

Constipation : faites le test !

Vous pensez être constipé et vous ne savez pas quoi faire pour y remédier ? Après quelques explications sur ce trouble digestif, nous vous donnons cinq conseils pour ne plus être "dérangé".

Rédigé le , mis à jour le

Constipation : faites le test !
Constipation : faites le test !

Des selles peu fréquentes et/ou une difficulté à exonérer

35% des Français sont concernés par ce trouble gastro-intestinal avec une prédominance féminine.

La constipation correspond à une insatisfaction du patient lors de la défécation, due soit à des selles peu fréquentes (moins de trois par semaine), soit à une difficulté à exonérer, soit aux deux.

Elle est dite occasionnelle si elle apparaît dans des circonstances particulières : à la fin de la grossesse, suite à un alitement prolongé ou encore pendant un long voyage.

La constipation chronique, beaucoup plus handicapante, se définit comme un trouble digestif de plus de six mois et peut avoir plusieurs origines.

Elle peut survenir par exemple à la suite d'une maladie neurologique (perte de sensibilité du sphincter anal, défaut de contraction du sphincter,…), d'un diabète, d'une hypothyroïdie, d'une prise de médicaments, ou encore à cause d'un rétrécissement du côlon pouvant lui même être de causes multiples. Lorsqu'aucune origine n'est retrouvée, la constipation est dite "idiopathique", c'est la "constipation maladie".

Attention à la fausse diarrhée du constipé

Des épisodes de constipation précédents ou suivants des selles liquides peuvent être confondus avec une "diarrhée". Mais il s'agit là d'une "fausse diarrhée du constipé", à traiter comme une constipation.

En plus de la quantité émise, la consistance des selles définit la constipation. L'échelle médicale de Bristol classe la consistance des selles en sept types : de la crotte de "lapins", à celle ressemblant à une saucisse, en passant par celle en forme de "nuggets". Une constipation correspond au type 1 ou 2.

Il est possible de tester la consistance de vos selles avec l'échelle de Bristol pour déterminer si vous êtes constipé.

Des examens complémentaires ne sont pas systématiques et ne seront pratiqués qu'en cas de cause non retrouvée pour par exemple, objectiver une anomalie anatomique (comme un rétrécissement du côlon) ou évaluer la motricité du côlon.

Cinq conseils pour traiter la constipation

Le traitement instauré dépendra bien évidemment de la cause. En plus du traitement du facteur déclenchant, des règles d'hygiène sont à respecter :

  • Enrichir son alimentation en fibres : elles seront à augmenter progressivement dans l'alimentation pour éviter les ballonnements, pour atteindre une dose de 15 à 40 g/jour. Elles sont présentes dans le son des céréales, dans les légumes verts, les légumineuses (fèves, haricots, pois chiches), dans les fruits et les fruits secs. Elles se gorgent d'eau et augmentent le volume des selles. Elles ont aussi une action sur la vitesse du transit.
     
  • Boire au minimum 1,5 à 2 litres d'eau par jour. Une bonne hydratation de l'intestin est en effet nécessaire pour lutter contre la constipation.
     
  • Effectuer une activité physique quotidienne régulière.
     
  • Si ces règles hygiéno-diététiques ne suffisent pas, il faudra y ajouter des laxatifs pour une courte durée.
     
  • Consulter un médecin si la constipation n'est pas résolue malgré les conseils proposés.

Source :

En savoir plus sur la constipation