Insolites du Net : "détoxifier" son vagin avec des perles vaginales !

Une nouvelle tendance dédiée aux femmes avec les perles vaginales, commercialisées sur Internet ; une campagne pour redonner confiance aux femmes en Inde ; notre corps vu de l'intérieur avec le travail de deux artistes... C'est l'actualité insolite de la santé sur le Net, par Emma Strack.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Détoxifier son vagin avec des perles vaginales

Le but serait de "détoxifier" le vagin. Il s'agit de petits sachets renfermant, soi-disant des herbes en tous genres dont on ne sait pas grand-chose, mais qui auraient le pouvoir de guérir certaines infections vaginales, des kystes et fibromes de l'utérus ainsi que l'endométriose.

Sur certains sites, on vous montre même ce que la perle aurait permis de "purger" en vous apportant une soi-disant preuve du soin de ces tampons. Mais le mystère reste entier sur ce que contiennent ces perles. Pour le Dr Hélène Jacquemin Le Vern, c'est "atterrant". Il faut inviter les femmes à se méfier de ce genre de produits qui, au mieux n'ont aucun intérêt (parce que le vagin d'une femme n'est pas sale, il s'auto-entretient naturellement)… Au pire ces perles vont induire des allergies, des irritations, des infections car on ne sait pas ce que contiennent ces tampons… Il faut donc les éviter.

Une publicité vend une philosophie de vie aux jeunes femmes indiennes

Une enseigne de vêtements installée à Bombay propose cette publicité. Loin des mannequins répondant à des normes, un certain poids, des codes esthétiques… L'égérie de cette marque est une jeune femme, Laxmi Saa, qui, comme de nombreuses Indiennes, a été défigurée. Son visage a été brûlé à l'acide parce qu'elle avait refusé les avances d'un homme à l'âge de 11 ans.

Cette campagne a pour objectif de dire aux femmes qu'elles peuvent avoir confiance en elles malgré leur apparence et montrer aux criminels que les victimes ne vont pas se décourager et continuer à se montrer.

Nos tissus et organes vus par des artistes

Pour la première, il s'agit de broderie sur photos. L'artiste, Juana Gomez donne à voir ce qui sous-tend notre vie, et compare cette organisation intérieure à des éléments de la nature : arbres, cours d'une rivière… Selon elle, ce sont les mêmes formes, les mêmes réseaux de communication complexes capables de multiplier leur flux et leur développement qui régissent nos organes internes (système nerveux ou sanguin par exemple).

Séquence viscérale

Autre artiste, autre travail. Il s'agit également de réalisations autour de la composition intérieure de notre corps. Les photos sont de Paola Rojas et les illustrations sont signées David Perez. Deux couleurs sont à l'honneur pour ces peintures : le rouge et le bleu… Une couleur froide, symbole pour l'artiste de ce qui fait notre fragilité et de la complexité de ce qui nous fait. Et le rouge, chaud, représentant nos instincts. Le rouge et le bleu font aussi penser au sang, riche ou pauvre en oxygène…

  • Paola Rojas visceral 2015
    Visceral est un projet dans lequel se mêlent la photographie de nu et l'illustration anatomique.