1. / Grossesse - Enfant
  2. / Grossesse
  3. / Fausse couche

L’Ibuprofène doublerait le risque de fausse couche

Pas d'anti-inflammatoires pendant la grossesse ! Après une étude démontrant leur responsabilité dans l’apparition de malformations congénitales, une nouvelle étude montre que le risque de fausse couche est plus élevé chez les femmes enceintes qui ont pris ce type de médicament.

Rédigé le , mis à jour le

L’Ibuprofène doublerait le risque de fausse couche
L’Ibuprofène doublerait le risque de fausse couche

Selon une étude publiée dans le Journal de l'Association médicale canadienne, le risque de fausse couche est 2,4 fois plus important pour les femmes qui ont pris des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) en début de grossesse.

Ces médicaments contiennent de l’ibuprofène, du naproxène, du diclofénac, du célécoxib ou du rofécoxib.

Le Pr. Anick Bérard de l'Université de Montréal et son équipe ont examiné des données concernant 4 705 femmes canadiennes ayant eu une fausse couche avant la 20e semaine de grossesse.

372 d’entre elles (soit 7,5 %) avaient été exposées à des anti-inflammatoires durant leur grossesse et sur 47 050 femmes n'ayant pas eu de fausse couche, 1213 (soit 2,6 %) avaient utilisées des anti-inflammatoires. Les données provenaient du Registre Québécois des grossesses qui ont fourni des renseignements sur les prescriptions remplies, les visites chez le médecin, les diagnostics et les hospitalisations.

Le naproxène était l'AINS le plus couramment utilisé, suivi de l'ibuprofène.

"Cette étude indique que, mise à part l'aspirine, l'utilisation des AINS au début de la grossesse est associée à une augmentation statistiquement significative de 2,4 fois du risque d'avoir un avortement spontané", écrit le Pr. Anick Bérard, de la faculté de pharmacie de l'Université de Montréal. 

Certains médicaments contenant ces molécules sont en vente libre, sans ordonnance.

Des études ont déjà montré, qu'en début de grossesse, les AINS augmentent le risque de malformations congénitales.

Il est conseillé aux femmes enceintes de toujours demander l’avis du médecin avant de prendre un médicament. En cas de douleur ou de fièvre, le paracétamol ou l’aspirine seront les médicaments recommandés.

Source : Etude publiée par le professeur Anick Bérard, de la faculté de pharmacie de l'Université de Montréal et directrice de l'Unité de recherche sur les médicaments et la grossesse au CHU Sainte-Justine, au Canada.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :