Contre le VIH, "absolument tout le monde" est concerné par le dépistage

Le 1er décembre est la Journée Mondiale de lutte contre le SIDA. Contre le VIH, il est primordial de se faire dépister car les traitements permettent de diminuer la charge virale mais aussi de protéger ses partenaires.

La rédaction d'Allo Docteurs
La rédaction d'Allo Docteurs
Rédigé le , mis à jour le
actu JM lutte sida  jerome salomon
actu JM lutte sida jerome salomon  —  Le Mag de la Santé - France 5

"Aller se faire dépister, c’est rester en bonne santé ." C’est le mot d’ordre du Sidaction à l’occasion de la Journée Mondiale de lutte contre le SIDA ce 1er décembre 2022. Depuis la pandémie de Covid-19, le dépistage du VIH n’a pas encore rattrapé son retard. On estime en France que 5 000 personnes se contaminent chaque année.  

D’après Santé publique France, l’activité de dépistage du VIH a diminué de 13% entre 2019 et 2020 en lien avec l’épidémie de Covid-19. Elle a ré-augmenté en 2021 (+8% par rapport à 2020), sans toutefois retrouver le niveau de 2019.    

Se faire dépister le plus tôt possible

Or, moins de dépistage pose problème car le dépistage est la première étape dans la prise en charge de la maladie. "Si vous êtes séropositif, c'est très important de le savoir le plus tôt possible, évidemment pour se traiter, pour être bien pris en charge, mais surtout pour protéger ses partenaires puisque le traitement est aussi un moyen de prévention", explique le professeur Jérôme Salomon, directeur général de la Santé et infectiologue de formation.

Une large offre de dépistage

Après 40 ans de lutte contre le SIDA, il est toujours primordial de penser au dépistage. "Il y a des personnes qui n'y pensent pas, d'autres qui n'osent pas et d'autres qui ne savent pas comment faire", révèle le Pr Salomon. Pour répondre à toutes ces situations, l'offre de dépistage est aujourd'hui très large : autotests, TROD, tests en centres de dépistage ou encore sérologie en laboratoire sans ordonnance et gratuite.

Qui doit se faire dépister ? "Absolument tout le monde" répond le Pr Salomon, car "c'est très important d'avoir cette information pour ses partenaires, pour sa santé sexuelle, pour sa santé mentale". Connaître son statut permet ensuite d'avoir éventuellement "un traitement avec un telle efficacité que la charge virale est indétectable, et donc vous ne transmettez plus le virus, ce qui est une avancée considérable" reconnaît le spécialiste. Aujourd'hui, grâce aux traitements antirétroviraux, l'espérance de vie et la qualité de vie des patients atteints de VIH sont quasi normales.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !