Comment se procurer la pilule du lendemain en France ?

Préservatif qui craque, absence ou oubli de contraception, la pilule du lendemain est une solution d'urgence pour éviter une grossesse non désirée. Comment y avoir recours ? Est-elle payante ? À quel moment faut-il la prendre ? On vous explique tout.

Mathis Thomas
Mathis Thomas
Rédigé le
Comment se procurer la pilule du lendemain en France ?

Quelques heures après l’annulation de l'arrêt Roe vs Wade, reconnaissant le droit à l’avortement aux Etats-Uni, le prix de la pilule du lendemain a été multiplié par cinq. 

En France, ce moyen de contraception d’urgence est accessible à toutes et, dans certains cas, il est gratuit.

On vous explique quand l’utiliser et comment se le procurer.

Quand utiliser une contraception d’urgence ?

La contraception d’urgence hormonale ou pilule du lendemain doit être prise au plus tard dans les 3 à 5 jours après un rapport sexuel à risque”, précise la plateforme Ameli. Plusieurs situations peuvent contraindre à utiliser une contraception d‘urgence :

- L’absence de contraception ;
- L’échec ou à l’usage défectueux du moyen de contraception ;
- L’expulsion du dispositif intra-utérin ou de l'implant hormonal contraceptif ;
- L’éjaculation dans le vagin ou sur les organes génitaux externes, après l’échec de la méthode du retrait ;
- Une agression sexuelle lorsque la femme n’est pas protégée par une méthode efficace de contraception. 

D’autres cas peuvent entraîner la prise d’une contraception d’urgence, comme l’erreur de calcul dans la période d'abstinence lorsque le couple utilise une méthode dite “naturelle”, ou l’absence de dissolution du comprimé ou du film spermicide avant le rapport sexuel.

À lire aussi : Pilules contraceptives pour animaux : pas sans l’avis du véto !

Qui peut se procurer une pilule du lendemain ?

Si vous êtes mineure, vous pouvez vous procurez une pilule du lendemain sans prescription médicale, gratuitement et de manière anonyme. Il faut vous rendre dans une pharmacie ou auprès de l'infirmerie scolaire de votre établissement scolaire si vous êtes collégienne ou lycéenne.  

Les centres de planification ou d’éducation familiale (CPEF) ou les centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic des virus de l’immunodéficience humaine (VIH), des hépatites et des infections sexuellement transmissibles (CeGIDD) peuvent également vous fournir une pilule d’urgence. 

Si vous êtes étudiante, majeure ou mineure, vous pouvez obtenir anonymement et gratuitement une contraception d’urgence dans un service universitaire ou interuniversitaire de médecine préventive et de prévention de la santé (SUMPPS).

Si vous êtes majeure, la pilule du lendemain est disponible sans ordonnance. En pharmacie, son prix varie entre 3 et 20 €, remboursée à 65% par l’Assurance maladie sur prescription médicale. Les CPEF et les CeGIDD peuvent également fournir des solutions de contraception d’urgence pour les majeures sans couverture sociale.

La pilule du lendemain, comment ça marche ?

La pilule du lendemain modifie l’activité de la progestérone, une hormone sécrétée par les ovaires. Cette action permet de bloquer la libération de l’ovule, qui ne peut donc être fécondée. Pour une efficacité maximale, la contraception d’urgence doit être prise le plus rapidement possible après le rapport non protégé.  

Elle est efficace à 95% dans les 24 heures, mais ne l'est plus qu'à 85% après trois jours. Passé ce délai, une autre pilule, dite du surlendemain, pourra être proposée. Cette dernière peut être prise dans les cinq jours suivant le rapport à risque. 

Malgré son efficacité, la pilule du lendemain n’est pas considérée comme une méthode contraceptive classique car son taux d’échec est bien plus important que celui de la pilule ou du préservatif. 

Comment savoir si la contraception est efficace ?

La plateforme Ameli indique qu’il est nécessaire de surveiller l’apparition des prochaines règles pour savoir si la contraception a été efficace. La contraception d'urgence peut toutefois avancer ou retarder de quelques jours la date des règles.

Si les règles arrivent avec un retard de plus de cinq jours ou qu’elles vous apparaissent anormales, il est nécessaire de s’assurer que vous n’êtes pas enceinte en pratiquant un test de grossesse ou par une prise de sang, prescrite par votre généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme.

Allodocteurs : comment se déroule un premier examen gynécologique ?
Allodocteurs : comment se déroule un premier examen gynécologique ?  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !