Le dispositif employé pour empêcher la dégradation des cœurs en attendant leur transplantation. (DR)
Le dispositif employé pour empêcher la dégradation des cœurs en attendant leur transplantation. (DR)

Une révolution dans la greffe cardiaque

Jusqu'à présent, les transplantations cardiaques étaient réalisées à partir de "cœurs battants" (c'est-à-dire des prélevés sur des corps en état de mort cérébrale). Ce 24 octobre, des chirurgiens australiens ont annoncé être parvenu à greffer des cœurs ayant cessé de battre depuis une vingtaine de minutes à des receveurs adultes, qui ont survécu à l'opération.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

La plupart des premières greffes cardiaques, réalisées dans les années 1960, avaient été effectuées avec des cœurs de personnes décédées. Devant le faible taux de réussite de la méthode, les médecins n'utilisent plus désormais que les organes de donneurs en état de mort cérébrale (ou mort encéphalique), dont le cœur continue de battre.

Le temps entre le prélèvement et la greffe est alors un facteur déterminant pour la réussite de la transplantation.

Une nouvelle page dans l'histoire de la greffe pourrait avoir été tournée. Selon un communiqué conjoint de l'hôpital St Vincent (Sydney, Australie) et de l'Institut de recherche sur le cœur Victor Chang, des chirurgiens sont parvenus à réanimer trois cœurs arrêtés depuis moins d'une vingtaine de minutes, organes qui ont ensuite été expédiés à plusieurs centaines de kilomètres (pour un temps de transport de 5 à 8 heures) avant d'être greffés.

Invités à témoigner devant la presse australienne, deux des trois bénéficiaires de ces transplantations d'un nouveau genre sont apparus en excellente santé (le dernier greffé était encore convalescent).

"Depuis les toutes premières greffes dans les années 1960 […] aucun adulte n'[avait] reçu de greffe cardiaque DDAC (donneur décédé après arrêt circulatoire)", a expliqué à la presse Peter MacDonald, directeur de l'unité de transplantation au St Vincent.

Un protocole révolutionnaire

"Nous savons que dans une certaine limite de temps, le cœur, comme d'autres organes, peut être réanimé, relancé et nous pouvons le faire aujourd'hui en récupérant un cœur arrêté, et en le plaçant dans une machine jusqu'à la greffe", a indiqué à l'AFP Kumud Dhital, chirurgien et professeur associé à l'université de Nouvelle-Galles du Sud de Sydney.

L'appareil utilisé a été mis au point il y a une dizaine d'années aux Etats-Unis (1). Les organes prélevés ont ici été plongés dans une solution biologique, mise au point par l'Institut Victor Chang, qui semble parvenir à ralentir la dégradation du muscle. Selon l'Institut, cette solution autorise en outre "un meilleur redémarrage du cœur".

Pour le docteur Jean-François Obadia, chirurgien cardiaque à l'hôpital Pradel de Lyon interrogé par Allodocteurs.fr, cette annonce est "véritablement révolutionnaire". Il précise toutefois que le protocole de sélection des cœurs doit probablement être extrêmement rigoureux. "Un cœur qui n'est plus perfusé souffre énormément", explique-t-il. Ainsi, dans le cadre de recherches menées en France sur l'utilisation de cœurs arrêtés, "on perfuse l'organe, on le refait battre, puis on regarde si certaines enzymes sont sécrétées, qui indiqueraient que celui-ci est en souffrance [et n'est plus utilisable]."

Sauver 30% de vies supplémentaires

Le procédé australien doit permettre de faire face à la pénurie de donneurs et permettre, selon les estimations de l'Hôpital Saint Vincent, de sauver "30% de vies en plus".

Ces greffes de cœurs "morts" pourraient en outre permettre ouvrir des perspectives nouvelles "dans des pays comme le Japon, le Vietnam et d'autres encore où la définition de la mort est la mort cardiaque, et non la mort cérébrale", souligne le directeur exécutif de l'institut Victor Chang.

----

(1) Auparavant, les cœurs étaient placés dans de la glace avant d'être transplantés.

 

Pour en savoir plus sur la greffe cardiaque :