SEP : quels sont les premiers signes ?

Comment apparaît la maladie ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Pr. Catherine Lubetzki, neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) :

"D'abord il faut dire que les signes sont très variables puisqu'ils dépendent de la localisation de l'atteinte de la myéline donc cette atteinte de la myéline va toucher soit le cerveau, soit la partie entre le cerveau et la moelle épinière que l'on appelle le tronc cérébral, soit la moelle épinière, et selon la localisation : en avant, en arrière, sur le côté, ça va donner des symptômes complètement différents. Ça peut donner des troubles de la vision parce que ça touche le nerf optique, ça peut donner des troubles de la sensibilité dans les membres inférieurs parce que ça touche la partie postérieure de la moelle épinière ou au contraire des troubles de la motricité parce que ça touche la partie antérieure.

"En gros, ça peut donner presque n'importe quel symptôme neurologique et justement pour le diagnostic, c'est la succession de symptômes très différents qui est évocatrice de ce diagnostic. Alors pour les personnes qui vont s'inquiéter effectivement, parce que tout le monde à des tremblements de temps en temps, bien entendu, il ne faut pas s'inquiéter si l'on a des tremblements qui durent quelques heures ou des troubles de la sensibilité qui durent quelques heures, un engourdissement qui dure quelques heures, ce n'est rien. C'est la persistance de symptômes qui durent deux jours, trois jours, quatre jours qui doit alerter." 

En savoir plus :

Questions/réponses :

  • J'ai lu sur le net que l'on pouvait utiliser les cellules souches pour soigner la sclérose en plaques, qu'en est-il vraiment ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Au bout de combien d'épisodes dits de "crise" le diagnostic de la sclérose en plaques est-il posé ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Y a-t-il un espoir de guérison ? Où en est la recherche en matière de sclérose en plaques ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses avec le Pr. Catherine Lubetzki, neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP)