Psoriasis : un ''bus tour'' contre les idées reçues

Psoriasis : un ''bus tour'' contre les idées reçues

L'Association de lutte contre le psoriasis lance une campagne de sensibilisation pour changer le regard des autres sur cette maladie de la peau très handicapante.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le "Pso Tour"

"Ne laissons pas le psoriasis s'installer entre nous", clame l'Association de lutte contre le psoriasis (APLCP). Cette association de patients lance samedi 6 octobre 2012 un "bus tour" sillonnant la France, pendant une semaine. Le but ? Dépasser les idées reçues sur le psoriasis, une maladie chronique de la peau, méconnue du grand public, jugée par beaucoup "monstreuse", et surtout "contagieuse".

Sur les 2 millions de Français touchés par le psoriasis, la plupart cache leur maladie et plus d'un quart affirme avoir remarqué que leur entourage "évite de les toucher". Conséquence : un véritable handicap social chez les personnes atteintes.

Le constat de ces méconnaissances, appréhensions et réticences du grand public a été le point de départ d'un programme pédagogique mené auprès des patients, de leurs proches et plus largement de la société afin de comprendre l'impact de la maladie, ses manifestations et ainsi prévenir les réactions de rejet.

Ainsi, lors du "Pso tour", des conseils gratuits seront délivrés par des professionnels de santé, des "happenings artistiques autour du toucher" et des rencontres entre patients seront organisés. L'association a également mis en ligne une pétition afin d'obtenir la reconnaissance du handicap de peau.

Le psoriasis, une maladie de la peau non contagieuse

La Société française de dermatologie estime à 2 millions le nombre de Français souffrant de psoriasis. Cette maladie est due à un dérèglement du processus naturel de renouvellement de l'épiderme. Les cellules de l'épiderme prolifèrent trop rapidement, tous les 5 à 6 jours au lieu des 28 jours normalement constatés. Les nouvelles cellules créées sont poussées beaucoup trop rapidement vers la surface, et les cellules mortes n'ont pas le temps d'être éliminées. Du coup, les cellules s'accumulent à la surface de la peau et forment une couche de pellicules blanches, caractéristiques de la maladie : les squames.

La peau présente aussi des rougeurs qui prouvent l'afflux sanguin dans cette zone où les divisions cellulaires se sont accentuées. C'est aussi le signe d'inflammations localisées: la peau réagit comme s'il y avait une blessure ou une infection, alors que ce n'est pas le cas. C'est une sorte de réaction auto-immune ; le système de défense se retourne contre l'organisme et réagit alors comme s'il devait combattre un envahisseur.

Il existe plusieurs formes de psoriasis : le psoriasis en plaques (ou vulgaire), le psoriasis en gouttes, le psoriasis pustuleux, le psoriasis inversé (ou psoriasis des plis), le psoriasis érythrodermique. 
Selon l'étendue des plaques et son impact sur la qualité de vie, le psoriasis est défini comme "léger", "modéré" ou "sévère".

Aujourd’hui, on ne guérit toujours pas du psoriasis. Les médecins disposent de traitements symptomatiques aux résultats transitoires, mais pas encore de médicaments définitivement curatifs.

En première intention, on prescrit des pommades à base de cortisone. Mais quand le psoriasis est plus étendu, on recommande la photothérapie - l’exposition à des ultraviolets. Ce traitement reproduit les bienfaits du soleil, qui très souvent calme le psoriasis. Enfin dans certaines formes très sévères, les médecins disposent aujourd'hui d'un arsenal de médicaments efficaces, mais contraignants et parfois mal supportés par les malades.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :