Pollution aux oxydes d'azote : la France crève le plafond

Neuf pays européens, dont la France, n'ont pas respecté en 2012 les plafonds réglementaires d'émissions d'oxydes d'azote (NOx), polluants notamment émis par la circulation automobile, selon un rapport de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) diffusé le 24 mars 2014.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Pollution aux oxydes d'azote : la France crève le plafond

Sept de ces neuf pays - Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Irlande et Luxembourg - connaissent des difficultés récurrentes avec ces polluants atmosphériques, dont ils sont "incapables de respecter les limites européennes" depuis 2010, précise l'AEE. Les deux autres pays hors des clous en 2012 étaient la Slovénie et Malte.

Les plus mauvais élèves européens pour les oxydes d'azote (NOx) sont le Luxembourg, qui a excédé les plafonds de 55% en 2012, l'Autriche (+37%) et l'Allemagne et la France (ex-aequo avec un dépassement de 21%).

Le trafic routier contribue pour environ 40% aux émissions totales de NOx dans l'Union européenne, selon l'Agence.

La France, "loin des objectifs trois ans de suite"

En France, les oxydes d'azote (qui comprennent notamment le monoxyde d'azote, le dioxyde d'azote et le protoxyde d'azote) proviennent même pour plus de la moitié du trafic routier, selon l'inventaire national réalisé chaque année par le Citepa (Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique). L'industrie (matériaux de construction, chimie) et l'agriculture (consommation de produits pétroliers) sont des sources plus mineures.

En dépit de progrès enregistrés entre 2010 et 2012 (avec un dépassement du plafond ramené de 32 à 21%), "la France est restée loin des objectifs trois ans de suite", relève l'AEE.

"La pollution de l'air est encore un problème très réel, il suffit de regarder les niveaux élevés de pollution observés récemment au-dessus de grandes zones de l'Europe de l'Ouest", selon Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l'AEE.

"Il faut faire des progrès en réduisant encore les émissions. Alors que de nouvelles technologies et pratiques peuvent aider, nous avons aussi besoin d'encourager les particuliers à agir, par exemple en développant des alternatives à l'utilisation de la voiture", ajoute-t-il.

En décembre 2013, la Commission européenne a proposé d'imposer des plafonds nationaux plus stricts pour les principales sources de la pollution de l'air, dont les NOx, d'ici à 2030, "afin d'éviter 58.000 décès prématurés chaque année en Europe".

VOIR AUSSI :