Le stérilet recommandé dès 15 ans aux États-Unis. Et en France ?

Le stérilet recommandé dès 15 ans aux États-Unis. Et en France ?

Selon l'Académie américaine de pédiatrie, le stérilet doit être recommandé aux adolescentes de plus de 15 ans. Elle met notamment en avant son efficacité par rapport à la pilule, plus largement prescrite.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Peu connu et rarement évoqué chez les adolescentes, le stérilet serait pourtant le meilleur moyen d'éviter les grossesses non désirées. Selon l'Académie américaine de pédiatrie (AAP), les dispositifs intra-utérins devraient même être prescrits dès 15 ans. Des recommandations qui se basent sur l'efficacité réelle du contraceptif, par rapport à la pilule ou au préservatif. Un an après la pose du stérilet, seules 0,2% à 0,8 % des jeunes femmes étaient enceintes, contre 9% pour les adolescentes utilisant la pilule.

En théorie pourtant, l'efficacité de la pilule et du stérilet est la même. "Mais la pilule ne protège des grossesses à 100% que si on la prend régulièrement et qu'on ne la vomit pas", explique le Dr Alain Tamborini, gynécologue obstétricien à Paris. Le rapport de l'AAP souligne que le stérilet protège mieux les adolescentes, car son utilisation est sûre et de longue durée : il est posé pour une durée de 5 à 10 ans, selon son type. Et un an après sa pose, 80% des femmes gardent ce moyen de contraception. Chez les femmes qui prennent la pilule, seulement 67% d'entre elles la gardent l'année suivante.

 

Les risques d'infections sont les mêmes selon l'âge

Si l'efficacité contraceptive du dispositif intra-utérin est démontrée, beaucoup de médecins rechignent encore à le proposer à des jeunes filles nullipares (n'ayant jamais eu d'enfant). Jusqu'en 2004, les risques d'infections pelviennes liés à son implantation étaient un frein important. "Depuis, il a été montré que ces risques étaient les mêmes pour une femme ayant eu des enfants que pour une adolescente sans enfant", explique le Dr Tamborini. L'infection n'est pas liée au stérilet lui-même, mais à la sexualité de la femme, le risque augmentant avec le nombre de partenaires.    

 

Vers une démocratisation du stérilet en France ?

"Néanmoins, on est loin d'envisager sa prescription comme premier contraceptif chez toutes les jeunes filles françaises …" précise le gynécologue. En France, très peu de femmes sans enfant optent pour ce dispositif intra-utérin. En 2011, seules 5% des 20-24 ans utilisaient ce type de contraception. "La pilule reste le moyen le plus utilisé par les adolescentes. C'est une question de culture, le corps médical, comme les patientes, font preuve d'un blocage vis à vis du stérilet", précise le Dr Tamborini. Selon lui, les recommandations de l'académie américaine de pédiatrie semblent difficilement applicables dans l'immédiat en France. 

Aux freins culturels s'ajoutent des freins médicaux. "A 15 ans, le col de l'utérus est très petit. Bien qu'il existe des stérilets adaptés, l'implantation est souvent compliquée et douloureuse. Ce qui explique que nous sommes réticents à la pose dès le plus jeune âge", souligne le gynécologue.

Pourtant, depuis cinq ans, le stérilet se démocratise petit à petit auprès des adolescentes françaises. "Depuis le problème des pilules de troisième génération, la demande d'un moyen de contraception alternatif a été plus forte et nous avons été amenés à prescrire plus de dispositifs intra-utérins. Les mentalités sont en train de changer peu à peu", conclut Alain Tamborini.

Sources : Contraception for Adolescents, Comitee on adolescent, Pediatrics;originally published online September 29, 2014; DOI : 10.1542/peds.2014-2299

VOIR AUSSI :

 

 

Il existe deux types de stérilets implantés dans l'utérus :

- Le dispositif intra-utérin au cuivre, d'environ 3 cm de longueur. Ce stérilet est composé de cuivre, un métal contraceptif qui neutralise les spermatozoïdes. Il est efficace dès la première journée de pose, mais peu provoquer des règles abondantes et parfois des saignements continus.

- Le dispositif intra-utérin hormonal, qui libère une petite quantité d'hormones progestatives pendant cinq ans. La lévonorgestrel épaissit les secrétions du col de l'utérus, ce qui le rend ainsi inatteignable par les spermatozoïdes. A l'inverse du stérilet en cuivre, il réduit le volume et la fréquence des règles, tout en les rendant moins douloureuses. Poussées d'acné et prise de poids figurent parmi les effets indésirables.