Des fioles contenant le virus de la variole trouvées dans un placard

Des fioles contenant le virus de la variole trouvées dans un placard

Plusieurs fioles contenant le virus de la variole ont été découvertes par hasard dans un local de rangement de l'Agence américaine des médicaments (FDA), le 1er juillet 2014 . La police fédérale américaine (FBI) mène actuellement l'enquête.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

A Bethesda, une proche banlieue de Washington, des employés du campus de la FDA (Food and Drug Administration) - chargés de déménager le lieu vers le siège de la FDA - ont fait dans un recoin d'un local de rangement de l'agence une bien effrayante trouvaille : plusieurs fioles contenant le virus d'une maladie, parfois mortelle, la variole.

Cette pathologie a pourtant été éradiquée grâce à un programme mondial de vaccination mené par l'OMS, le dernier cas de variole aux Etats-Unis remontant à 1949 et le dernier dans le monde ayant été détecté en 1977 en Somalie. Extrêmement contagieuse, la variole est une maladie infectieuse d'origine virale qui donne au contaminé des taches rouges, puis des pustules sur le visage, pour ensuite s'étendre au reste du corps.

Les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont communiqué sur l'inquiétante trouvaille en précisant que les fioles en question étaient étiquetées "variole" et semblaient dater des années 1950. A cela ils ajoutent que rien ne prouve que les fioles aient été ouvertes, et que le risque d'exposition pour les laborantins et les personnes extérieures était nul.

A la suite de cette découverte, les fioles en question ont été transportées vers un laboratoire ultra-sécurisé des CDC à Atlanta (Géorgie du sud). En outre, si des premiers tests ont confirmé qu'il s'agissait du virus de la variole, il s'agit maintenant de déterminer si le virus est viable ou toujours capable de se développer en culture. Pour ce faire, des analyses complémentaires devraient prendre plus de deux semaines selon les autorités, après lesquelles les fioles seront détruites.

Les autorités ajoutent également que "si le virus de la variole est décelé sous une forme viable, nous inviterons l'Organisation mondiale de la santé à assister à la destruction de ces échantillons".

A noter qu'il n'existe que deux lieux de stockage dans le monde qui peuvent conserver des échantillons du virus de la variole (car ayant été homologués par des accords internationaux) : les laboratoires des CDC à Atlanta et le Centre national de recherche de virologie et de biotechnologie à Novosibirsk, en Russie.

L'administration de Barack Obama ainsi que le Conseil de sécurité nationale ont été informés de la découverte, et ce sont actuellement le FBI et des agents spécialisés des CDC qui sont chargés de mener l'enquête.

VOIR AUSSI :

La durée de vie d'un virus 

Selon les explications de M. Bruno Lina, virologue et professeur de microbiologie à l'université Claude-Bernard Lyon 1, la durée de vie d'un virus à l'air libre est strictement déterminée et propre à chaque virus : si les poliovirus (responsables de la poliomyélite) sont réputés être plutôt résistants, les virus enveloppés tels que celui de la grippe auront tendance à survivre peu de temps. De plus, les conditions de conservation jouent un rôle très important : quand un climat froid et sec va favoriser une grande viabilité virale, un climat chaud et humide va détruire le virus bien plus rapidement.

Le virus de la variole est réputé pour être plutôt résistant : il pourrait ainsi survivre plusieurs mois à l'air libre.

Enfin, dans le cas d'une conservation du virus dans une fiole comme c'est le cas ici, il est évident que la viabilité du virus est favorisée, puisqu'il est placé dans un milieu synthétique de survie, l'environnement le plus favorable possible pour qu'il puisse subsister. On comprend alors aisément comment le virus de la variole retrouvé ce mardi 1er juillet 2014 et datant des années 50 pourrait représenter un danger encore aujourd'hui.