Ch@t : La santé des étudiants

Ch@t du 25 octobre 2010 : Avec les réponses du Dr Dominique Monchablon, psychiatre ; Christophe Ferveur, psychologue et Quentin Dubois, psychologue clinicien pour Fil Santé Jeunes.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Les réponses du Dr Dominique Monchablon, psychiatre

  • Je suis dans une école publique dépendant du ministère de la Culture, or, il n'y a aucune structure psychologique, ou resto universitaire, cela va-t-il changer ?

Cela est inexact : les Bureaux d'Aide Psychologique Universitaires (BAPU) proposent un accueil et des soins psychologiques gratuits, bref au long court, à tous les étudiants.

  • Je mets mes études entre parenthèses pour cette année 2010-2011, que dois-je faire pour être couverte par la Sécurité sociale (je suis actuellement à la Smeno) ?

Avez-vous ou non une inscription administrative universitaire ? Si oui, vous êtes couverte même si vous n'avez pas d'inscription pédagogique. Sinon, renseignez-vous auprès d'une assistante sociale de votre mairie.

  • J'ai 24 ans, je suis transsexuelle en attente de changement d'état civil, je ne trouve aucun emploi dû à ce problème d'état civil et je n'ai que très peu de ressources, cette situation m'a totalement renfermée, je ne sors plus, de plus on m'a diagnostiqué des problèmes cardiaques.

Etes vous étudiante ? Si oui, consultez au plus vite l'assistante sociale de votre université ainsi que le service des médecines préventives de l'université.

  • Suite à un taux de potassium à 2,2 j'ai vu des médecins, on me donne du chlorure de potassium, mais ma déprime ne s'améliore pas, que puis-je faire ?

En aucun cas le taux de potassium ne peut améliorer l'humeur, il faut savoir pourquoi ce taux est bas (cela se voit dans le trouble des conduites alimentaires) et envisager un traitement global physique et psychologique.

  • Quels sont les moyens de savoir si les étudiants s'occupent bien de leur santé ? Les visites médicales ne sont pas vraiment systématiques à la fac ou en stage.

Très bonne question : la visite médicale (obligatoire) n'est pas suivie par tous les étudiants et actuellement, il y a trop peu d'enquêtes en population étudiante. Donc nous n'avons aucun moyen d'avoir des données extrêmement précises sur la santé des étudiants.

  • Lorsqu'on est étudiant et qu'on éprouve des difficultés psychologiques, a-t-on le droit de mettre ses études entre parenthèses le temps d'aller mieux, puis de reprendre son cursus sans être pénalisé ?

Oui absolument, pourvu que vous mettiez en place entre temps des stratégies pour aller mieux. Par ailleurs, il est souhaitable pendant votre pause de conserver une activité intellectuelle à minima.

  • Y a-t-il des cursus plus stressants que d'autres ?

Oui bien sûr : plus la filière est sélective plus les conditions sont stressantes par exemple, 1ère année d'études de médecine, classes préparatoires aux grandes écoles, en filières juridiques et psycho, le passage entre master 1 et master 2.

  • La plupart du temps, à quoi sont dues les causes de dépression chez les étudiants ? (stress, examens, comportements de certains profs, raisons financières, etc.) ? Quelles sont les causes récurrentes ?

Quand on présente une dépression avérée, il y a plusieurs facteurs associés : un facteur de vulnérabilité personnel et des facteurs environnementaux stressants. A la fac, ce sont : la sélectivité de la filière essentiellement, des conditions d'enseignement un peu anonymes, un isolement relatif des étudiants.

  • Des problèmes psychologiques peuvent-ils avoir un lien avec une mauvaise alimentation ou sous-alimentation ?

De manière globale, une santé physique précaire, un certain nombres de problèmes somatiques (problème endocriniens surtout) peuvent retentir sur le moral. Une mauvaise alimentation, une mauvaise hygiène de vie, contribuent à un climat dépressogène.

Aucun aliment n'est antidépresseur à proprement parler. Certain en revanche sont psychostimulants : thé, café, chocolat, coca. Attention au risque de dépendance avec la caféine au delà de deux tasses.

 

Les réponses de Christophe Ferveur, psychologue clinicien

Oui, si vous êtes habitué à ce type d'approche médicale.

  • Est-ce qu'il y aurait des consultations gratuites à Rouen (76) en psychologie ? Ma fille de 17 ans actuellement étudiante m'a révélé qu'elle a fait plusieurs TS (tentatives de suicide) sans que je le sache. Je m'inquiète pour elle. Dans son université, il n'y a pas de consultations.

Votre fille devrait pouvoir avoir accès au service de Médecine préventive de son université pour rencontrer un médecin qui pourra la guider vers des soins psychologiques. Il existe aussi les CMP (Centre Médico Psychologique) dont tout le monde dépend pour des consultations gratuites en fonction de votre lieu d'habitation. Enfin il existe les BAPU (Bureau d'Aide Psychologique Universitaire) qui sont des lieux de consultations psychologiques gratuits et dédiés aux étudiants.

  • Est-ce plus sain de manger un sandwich de supermarché ou dans un fast-food ? Cela donne t-il de l'énergie suffisante pour l'après midi de cours ?

L'avantage du fast-food pourrait être de prendre un menu qui pourrait être plus équilibré qu'un seul sandwich. Mais ni l'un ni l'autre n'est dans l'absolu top !

  • Non je ne savais pas, je me suis adressée également au CMPP de ma ville, mais le psy au bout de la 1ère séance m'a gentiment dit que mes problèmes n'étaient pas assez importants pour bénéficier des consultations gratuites ! (Dépression) Comment savoir si nos problèmes sont assez importants ?

C'est en effet une évaluation délicate. Quelle que soit la réponse des "psy" vous avez raison de demander un avis, voire de prendre plusieurs avis.

  • J'ai effectivement demandé plusieurs avis auprès de psychiatres privés (à 60 € les 30 min..) et je suis tombée sur des psys ne proposant pas de thérapie (trop long soi disant) mais prescrivant des antidépresseurs au bout de la 1ère séance...

Dans ce cas vous pouvez prendre contact avec une structure experte à Paris, qui fera une évaluation précise avec vous de votre situation psychologique : C'JAAD (01 45 65 81 54) - Consultation hospitalière conventionnée.

Les réponses de Quentin Dubois, psychologue pour Fil Santé Jeunes

  • Pour la médecine préventive universitaire, pourquoi ne pas embaucher des internes de médecine générale pour qu'un maximum d'étudiants puisse bénéficier de ces visites ?

C'est en effet une question à soumettre aux présidences des universités.

  • Avez-vous des préconisations pour les plus que trentenaires reprenant les études en composant avec bus/métro + famille + stress des partiels, etc. ?

Tout dépend de ce que vous recherchez, un soutien psychologique, des aides pour la scolarité etc. ? Le temps n'est en effet pas toujours extensible, il s'agit aussi de suivre un cursus qui le permette.

  • Existe-t-il des centres universitaires dédiés aux troubles psychologiques ? Les séances psychologiques sont-elles gratuites pour les étudiants ?

En effet, cela existe dans les services de médecine préventive pour les étudiants, et c'est gratuit, nous pouvons vous donner des coordonnées sur le fil sante jeunes au 32 24, par téléphone.

Les phobies scolaires peuvent en effet se déclencher à l'université, c'est un grand changement dans le parcours scolaire, mais il ne faut pas forcément tout mettre "sur le dos" des études, les changements sont très nombreux à l'entrée en fac, êtes-vous concerné(e) ?

  • Je ne peux pas avoir de rendez-vous avec un psychologue du bureau d'aide psychologique de mon université avant 3 mois. Existe-il d'autres structures gratuites pour les étudiants ?

Je vous propose de nous appeler au 32 24 à Fil Santé Jeunes, nous pouvons notamment vous donner l'adresse d'un PAEJ (Point Accueil Ecoute Jeunes) où vous serez reçue gratuitement, par un psychologue le plus souvent. Il y a aussi les CMP, centres médico-psychologiques, gratuits.

  • Je suis d'accord, mais ces structures sont parfois loin de l'école (c'est mon cas) pour le cas des restos U il devient difficile d'en bénéficier (pause trop courte le midi pour y aller).

Ces structures (les bureaux d'aide psychologue) ne sont pas ouvertes seulement entre midi et deux, vous pouvez aussi avoir des rdv à d'autres moments, en dehors de vos cours.

  • Actuellement en cinquième année je n'ai jamais eu de visites médicales au cours de mon cursus (j'étais en prépa en première année). Quand je suis en cours je me sens très nerveuse, je n'arrête pas de bouger, de mordre mes stylos etc… Du coup aux yeux des profs je suis insupportable..

Avez-vous essayé de consulter à ce sujet, si le stress est trop envahissant, vous pourriez vous faire aider, notamment dans un BAPU (bureau d'aide psychologique) ou au service de médecine préventive de la fac, il y a encore d'autres lieux gratuits que nous pourrions vous donner par téléphone au 32 24 à Fil Santé Jeunes.

  • Il y a une structure psychologique à l'université de Mont-St-Aignan, mais à l'époque où j'ai demandé je n'ai pu y aller (à l'époque, il n'y avait de la place qu'une journée, et je ne pouvais pas y aller).

Comme ailleurs je suppose qu'il s'agit d'un service de médecine préventive ou d'un BAPU, n'est ce pas ?

  • Existe-t-il un suivi des étudiants en prépa ? Surtout psychologique ?

En effet, les prépas bénéficient d'un régime particulier, elles ne sont pas rattachées aux universités. De ce fait certains services de médecine préventive sont conventionnés avec celles ci. Il faut se renseigner auprès de la prépa, ou nous appeler au fil santé jeunes pour obtenir une autre adresse : 32 24, gratuit et anonymes, tous les jours de huit heures à minuit.

  • Quelle est l'alimentation idéale pour remédier au stress étudiant ?

Il est toujours important de faire attention d'avoir une alimentation équilibrée, mais de là à dire qu'elle peut avoir une fonction anti-stress... je n'ai pas connaissance de cela. Il y a d'autres méthodes que la nourriture pour lutter contre le stress, le sport, ses passions, la relaxation, la sophrologie, le yoga, méditation, ou... une écoute psychologique quand c'est nécessaire.

  • Où trouver des conseils pour manger équilibré avec un tout petit budget (recettes faciles de préférence) ?

Je suppose que vous pourriez trouver cela sur internet ou dans un livre, nous n'avons pas de recommandations particulières, à part peut-être d'éviter les plats cuisinés, d'aller au marché et de tout faire soi même...

  • Quel est le problème avec les plats cuisinés, trop de sel ?

Oui, entre autre, ils sont anormalement salés, les produits naturels sont plus sains (je ne suis pas médecin...) et moins chers la plus part du temps.

  • Depuis la rentrée le rythme est très soutenu et je m'automutile régulièrement. Avez vous des conseils pour arrêter cela ?

Il est important que vous soyez écoutée, vous ne devez pas rester seule avec cette difficulté. Je vous propose dans un premier temps de nous contacter à Fil Santé Jeunes au 32 24, ou sur le site dans la boîte à question sur le www.filsantejeunes.com. Nous sommes ouverts tous les jours de huit heures à minuit par téléphone au 32 24

 

En savoir plus

L'état de santé des étudiants dévoile des aspects préoccupants. Faute souvent de moyens mais aussi de temps, les étudiants ont une alimentation peu équilibrée et souvent carencée. Les soins dentaires et optiques sont souvent "relégués".

Beaucoup souffrent de stress. Quant à leur état psychiatrique, 25,7 % d'entre eux ont des troubles, 8,9 % souffrent de troubles anxieux et 10 % ont déjà pensé au suicide.

En savoir plus

Dossiers sur Bonjour-docteur.com :

Ailleurs sur le web :

Livre : 

  • La Fondation Santé des Etudiants de France au service des jeunes malades depuis 1923
    Ed. Un, Deux... Quatre, 2010