Bulletin de santé du 27 juillet 2011

La mort du père de la cryogénisation, les Nippons en pleine psychose due au bœuf radioactif ou encore les bienfaits des fruits et légumes sur notre cœur, voici l'actualité santé de ce mercredi 27 juillet.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

L'homme qui voulait ressusciter les morts n'est plus !

Robert Ettinger, surnommé le "père de la cryogénisation", procédé consistant à congeler le corps d'un défunt en attendant qu'il puisse revivre grâce aux progrès de la science, est mort samedi à l'âge de 92 ans aux Etats-Unis.

Le corps du fondateur du mouvement cryogénique a été immédiatement congelé dès son décès à l'Institut de Cryogénie de Clintown Township (Michigan) qu'il avait fondé en 1976.

Celui qui écrivait "qu'un jour viendra où nos amis du futur pourront nous faire revivre et nous soigner", repose désormais aux côtés de sa mère, de ses deux épouses, ainsi que de 106 autres corps cryogénisés et en attente d'une renaissance !

Il en coûte 28 000 dollars pour être conservé indéfiniment, le corps plongé dans de l'azote liquide.

Fukushima : psychose autour du bœuf radioactif

Près de 3 000 bœufs, soupçonnés d'avoir été alimentés avec du foin ou de la paille de riz radioactifs, ont été vendus et livrés dans tout l'archipel depuis la crise déclenchée par le séisme et le tsunami géant du 11 mars 2011.

La psychose s'est emparée des consommateurs nippons après la découverte au début du mois de niveaux élevés de césium radioactif dans de la viande de boeuf provenant d'une ferme de Minamisoma, une ville située à moins de vingt kilomètres autour de la centrale de Fukushima.

Depuis, le scandale du foin et de la paille de riz radioactifs s'est étendu à d'autres préfectures dont les éleveurs ont vendu leur bétail sans savoir que la viande pouvait avoir été contaminée.

Pour rétablir la confiance des consommateurs, le Japon a annoncé le 26 juillet 2011 un plan visant à racheter et brûler la viande de boeuf contaminée par les rejets radioactifs de la centrale nucléaire de Fukushima.

Les fruits et les légumes, c'est bon pour le cœur !

Les résultats d'une très large étude menée sur 313 074 hommes et femmes vierges de tout antécédent cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral et résidant dans huit pays européens viennent de prouver l'effet bénéfique des fruits et légumes sur notre cœur. Au cours d'un suivi moyen de 8,4 ans, 1 613 décès liés à une cardiopathie ischémique (blocage des artères coronaires) ont été à déplorer.

Chez les participants qui avaient consommé au moins huit portions (de 80 g chacune) de fruits ou de légumes par jour, le risque de décès par cardiopathie ischémique était toutefois diminué de 22 % par rapport au risque auxquels étaient exposés ceux mangeant moins de trois portions par jour. Les portions ont été calibrées entre les centres et après cette opération, il a pu être calculé que chaque portion supplémentaire diminuait de 4 % le risque de décès par cardiopathie ischémique.

Les Japonaises toujours championnes de la longévité !

L'espérance moyenne de vie des femmes japonaises est toujours la plus longue au monde, a annoncé mercredi le gouvernement nippon. Elle est aujourd'hui de 86,39 ans.

Dans le palmarès international, le Japon s'est classé premier pour la longévité des femmes, suivi par Hong Kong (85,9 ans) et la France (84,8 ans), selon le ministère nippon.

En ce qui concerne l'espérance de vie des hommes, le Japon se place au quatrième rang (79,64 ans) après Hong Kong (80 ans), la Suisse (79,8 ans) et Israël (79,7 ans).

Si ces chiffres peuvent mettre un peu de baume en cœur à un peuple toujours traumatisé par le séisme de mars 2011, ils peuvent également provoquer une future crise socio-démographique. Cette longévité, combinée au faible taux de natalité du pays, risque de créer un réel déséquilibre pour l'activité du pays dans les prochaines années.

Plus de 23 % des Japonais ont déjà plus de 65 ans, une proportion qui devrait presque doubler d'ici à 2050.

Les Français, toujours champions de la dépression...

21 % des Français avouent avoir vécu une période de dépression à un moment de leur vie. C'est le taux le plus élevé au monde.

Une étude sponsorisée par l'OMS, publiée le 25 juillet 2011 dans la revue américaine BMC Medicine, indique que les Français sont les plus pessimistes, juste devant les Américains, les Brésiliens, les Hollandais et les Néo-zélandais. Pour cette étude, seuls 18 pays ont été épluchés.

La dépression touche 121 millions de personnes dans le monde et est responsable chaque année de 850 000 suicides.

Accès aux soins : les inégalités s'accroissent ?

Le professeur de santé publique et spécialiste de l'aménagement du territoire, Emmanuel Vigneron, dénonce "les inégalités plus grandes aujourd'hui que par le passé" en matière d'hospitalisations, dans Le Monde daté de jeudi 27 juillet.

"De mauvais signes apparaissent. Si la mortalité générale continue de baisser, en matière de mortalité prématurée (avant 65 ans), les écarts se creusent entre les personnes les plus et les moins favorisées", estime cet universitaire.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :