Une protéine qui fait rajeunir le cœur !

Des chercheurs américains de Harvard ont identifié une hormone qui ferait rajeunir le cœur. Cette protéine, appelée GDF11, a été identifiée lors d'expériences chez la souris. Dans le sang des souris âgées, GDF11 est beaucoup moins présente. En transférant la protéine GDF11 de souris jeunes à des souris âgées, les scientifiques ont constaté que les anomalies typiques d'un cœur âgé régressaient. Cette découverte pourrait mener à de nouvelles stratégies contre les pathologies cardiaques liées à l'âge.

Rédigé le

Une protéine qui fait rajeunir le cœur !
Une protéine qui fait rajeunir le cœur !

En vieillissant et sous l'influence de facteurs comme l'hypertension, le muscle cardiaque subit de nombreux changements. Il se durcit et a plus de mal à bien se remplir au moment des battements. Sa paroi s'épaissit aussi nettement et ce phénomène appelé hypertrophie cardiaque diminue les capacités cardio-respiratoires de l'individu, aboutissant parfois à des insuffisances cardiaques graves.

C'est pour étudier les molécules impliquées dans cette hypertrophie que les scientifiques ont mis en place une expérience digne de Frankenstein. Ils ont réalisé une opération chirurgicale afin qu'une souris jeune et une souris âgée partagent leur circulation sanguine, et qu'ainsi des facteurs présents dans le sang de la souris jeune puissent influencer le devenir de sa voisine vieillissante.

GDF11, une protéine essentielle à la bonne santé du cœur

Les chercheurs furent les premiers surpris par les résultats de l'expérience. Après quatre semaines d'exposition à la circulation sanguine de la souris jeune, le cœur de la souris âgée avait radicalement changé. L'hypertrophie du cœur avait régressé et la taille des cellules cardiaques avait aussi diminué, signe d'un rajeunissement du cœur, en tout cas en apparence.

L'étape suivante fut encore plus délicate, il s'agissait d'identifier quelle molécule dans le sang était responsable de cet effet. Une collaboration avec une société de biotechnologie a permis de passer en revue des dizaines de molécules de manière automatisée jusqu'à aboutir à la candidate la plus probable. Et une molécule s'est alors distinguée, GDF11. Cette protéine est présente en grande quantité dans le sang des souris jeunes, puis sa concentration diminue avec l'âge. Et elle appartient à une famille de molécules importantes pour le développement mais aussi la réparation des tissus.

Pour confirmer le rôle de GDF11, les scientifiques l'ont ensuite purifié et injecté quotidiennement pendant un mois à des souris âgées. Et le résultat fut spectaculaire, l'hypertrophie cardiaque avait diminué, ce qui démontre le rôle essentiel de cette protéine contre le vieillissement du cœur.

Beaucoup d'étapes avant une application chez l'homme

Ces résultats sont impressionnants mais il faut rester prudent. En effet les chercheurs ont constaté que GDF11 pouvait faire régresser l'hypertrophie cardiaque et que le cœur semble plus jeune. Mais il faudra faire beaucoup de tests supplémentaires pour confirmer que le cœur n'est pas seulement plus jeune en apparence, mais qu'il fonctionne aussi plus efficacement qu'un cœur âgé.

Ensuite il faudra confirmer que chez l'humain aussi, GDF11 diminue avec l'âge et qu'elle est essentielle pour maintenir le cœur en bonne santé. À ce moment là seulement, il sera possible d'envisager d'éventuels traitements à base d'injections de GDF11, à condition bien sûr qu'il n'y ait pas d'effets secondaires graves. 

Source : Growth Differentiation Factor 11 Is a Circulating Factor that Reverses Age-Related Cardiac Hypertrophy, Francesco S. Loffredo et al. 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :