Tuberculose : du zinc au secours du système immunitaire

Des chercheurs français ont peut-être trouvé une piste pour lutter contre certaines bactéries, comme celui de la tuberculose et de l’E. Coli. Une découverte qui ouvre de nouvelles perspectives thérapeutiques.

Rédigé le

Tuberculose : du zinc au secours du système immunitaire
Tuberculose : du zinc au secours du système immunitaire

Les bactéries aussi ont leur talon d'Achille. C'est ce qu'une équipe internationale menée par des chercheurs du CNRS, de l'Inserm et de l'Université de Paul-Sabatier à Toulouse ont démontré dans leur étude publié le 14 septembre 2011, dans la revue Cell Host & Microbe.

En observant certaines bactéries, ils ont découvert qu'elles craignaient le zinc, un métal lourd toxique à forte dose, et capable ici de les intoxiquer. "Les cellules du système immunitaire mobilisent des réserves de métaux lourds, en particulier de zinc, pour les tuer", nous explique Olivier Neyrolles, qui a observé ce phénomène.

Comment ont-ils fait ?

D'abord, ils se sont penchés sur une bactérie, et pas la plus petite : le bacille de la tuberculose, alias Mycobacterium tuberculosis. Un bacille tueur : près de 2 millions de victimes chaque année dans le monde. Pour comprendre comment le corps se défend contre un tel assaillant, ils ont utilisé ce que l'on appelle des macrophages. Ce sont des cellules de notre système immunitaire qui ont réussi à manger le bacille. "Au microscope fluorescent, on a vu s'accumuler très vite, autour de la bactérie, des particules de zinc". Cela signifie que le microbe est ici attaqué par du zinc. Pour se défendre, la bactérie va produire, en surface, de nombreuses protéines chargées d'éiminer ces amas de métaux lourds.

Or, si les bactéries se défendent contre le zinc, c'est bien qu'elles se sentent menacées... de mort ! Le zinc pourrait bien les tuer. Fort de cette découverte, l'équipe de recherche recrée un bacille de la tuberculose, mais cette fois dépourvue de son système de défense. "Nous avons inactivé ce moyen de défense, en modifiant son génome. On a observé alors que le bacille devient encore plus sensible à la destruction par les macrophages", conclut Olivier Neyrolles, qui constate le même mécanisme sur la bactérie Escherichia coli.

L'étape à venir serait donc de chercher à inactiver le système de défense de ces bactéries, par un autre moyen que le génie génétique. "On peut imaginer une molécule chimique, un antibiotique, qui aurait la même action sur la bactérie". Autre implication clinique concrète : un vaccin. Si les chercheurs sont capables d'affaiblir le bacille de la tuberculose, celui-ci pourrait bien constituer une souche nouvelle pour tester un vaccin. "Des essais sont en cours et nous espérons obtenir de bons résultats".

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :