Personnes âgées : quand la famille se fait bourreau

5 % des plus de 65 ans et 15 % des plus de 75 ans seraient victimes de mauvais traitements en Europe. C'est aujourd'hui la Journée mondiale de lutte contre ces maltraitances des personnes âgées. D'après les institutions concernées, la majorité des cas seraient victimes de leurs proches.

Rédigé le

Personnes âgées : quand la famille se fait bourreau
Personnes âgées : quand la famille se fait bourreau

Quand un des ses proches est en maison de retraite, on craint parfois ne pas tout savoir. Devenus fragiles, nos parents ou grand-parents pourraient être victimes de gestes violents, de harcèlement moral, ou encore de négligence de la part des infirmiers ou aide-soignants. On se méfie du personnel de santé et on surmédiatise les cas de maltraitance quand ils sont découverts dans les institutions. Pourtant la plupart des cas signalés de mauvais traitements sont infligés dans l'intimité du domicile des personnes âgées par... leur propre famille.

Violences psychologiques, abus de faiblesse

Il s'agit le plus souvent d'une maltraitance qui ne se remarque pas. Caroline Lemoine, qui gère le numéro d'appel national 3977 contre la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés précise : "on se représente facilement des violences physiques, or une grande partie de la maltraitance est plus insidieuse et prend, par exemple, la forme de chantages au sein des familles".

Il existe deux types de violences, les violences non intentionnelles, les plus majoritaires, qui sont souvent le résultat de négligences et les violences intentionnelles, l'escroquerie, ou le résultat du comportement pervers d'un proche ou d'un professionnel. "Les mauvais traitements constaté dans les intitutions spécialisées sont faciles à maîtriser. Ce qui est plus compliqué, c'est quand ça se passe à domicile" explique Robert Moulias, président de l'association Alma, Allo maltraitances personnes âgées. "C'est pourquoi il est important de signaler les cas. Beaucoup de témoins hésitent quand cela concerne sa propre famille, mais les associations sont justement là pour les aider. Surtout que ces maltraitances sont la plupart du temps évitables."

L'association appelle aussi à une meilleure formaton du personnels accompagnant les personnes âgées pour éviter les maltraitances ou les négligences, souvent dûes à un manque de connaissances.

En 2011, 77 % des maltraitances signalées au 3977 se sont produites à domicile, et à 75 % sur des femmes, selon les statistiques d'Habeo. Le plus souvent sur des personnes seules, devenues veuves et bien plus vulnérables. Ces violences sont souvent psychologiques : dévalorisation, insultes, menaces ou encore vols et privation de ressources, ou escroqueries. Beaucoup de personnes âgées dans ce cas restent murées dans le silence et la honte, et "n'osent pas porter plainte contre leurs enfants ou leurs proches". Les maltraitances signalées aux associations ne représenteraient qu'un vingtième de la réalité.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :

  • Allô Maltraitance des personnes âgées ou handicapées (Alma-France)
    Numéro national : 3977
    Vous trouverez sur le site les coordonnées des centres d'écoute d'Allô Maltraitance des personnes âgées ou handicapées.
     
  • HABEO
    "J'agis contre la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés."
  • Association Voisin-Age
    Ce site met en contact les voisins et les personnes âgées et isolées, leur permettant de bénéficier d'un contact privilégié : une visite régulière, un petit coup de fil hebdomadaire, une invitation à faire une promenade, un petit café…

Sponsorisé par Ligatus