Paludisme : un tiers des médicaments contrefaits ou trop faiblement dosés

De 20 à 42 % des médicaments anti-paludisme en Afrique et en Asie du Sud seraient trop faiblement dosés ou contrefaits, selon une étude publiée mardi 22 mai 2012 dans The Lancet Infectious Diseases. Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs du Fogarty International Center aux Etats-Unis ont testé plus de 4 000 échantillons dans 28 pays différents de 1999 à 2010.

Rédigé le

Paludisme : un tiers des médicaments contrefaits ou trop faiblement dosés
Paludisme : un tiers des médicaments contrefaits ou trop faiblement dosés

Parmi les médicaments testés, on trouve des médicaments ne comprenant pas ou peu de principe actif et conditionnés dans des emballages semblables à ceux utilisés pour les vrais traitements. Dans tous les cas, ces médicaments sont fabriqués de manière illicite et sans contrôle.

En Asie, les chercheurs ont testé 1 437 échantillons dans 7 pays. Ils ont découvert que la moitié avait un défaut d'emballage, et que près de 36 % étaient des contrefaçons. En Afrique, sur les 2 634 échantillons testés dans 21 pays, 35 % avaient un défaut d'emballage et 20 % étaient contrefaits. Dans les deux régions, près d'un tiers des échantillons possédaient une dose trop faible de principe actif.

Ces résultats sont alarmants car la commercialisation de tels médicaments entraîne une résistance du parasite aux traitements classiques du paludisme. Ils mettent également en évidence le manque d'organisation du contrôle de qualité de ces médicaments.

À l'heure actuelle, le paludisme concerne 3,3 milliards d'individus dans 109 pays du monde et entraîne la mort de 1,2 million de personnes chaque année, selon le plan d'action mondial contre le paludisme. Il est donc important que le contrôle des médicaments utilisés pour le traiter soit reconsidéré. Les auteurs de l'étude demandent en outre que la production et la distribution de médicaments contrefaits soient jugées comme des "crimes contre l'humanité".

Source : Poor-quality antimalarial drugs in southeast Asia and sub-Saharan Africa, 22 mai 2012, The Lancet Infectious Diseases, pages 488 - 496

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Dans les médias :

Ailleurs sur le web :