Montre-moi tes yeux, je verrai ton coeur

Scanner la rétine pour détecter une maladie cardiaque. C'est le projet d’une équipe de recherche écossaise, qui a mis au point un test spécifique pour dépister les personnes à risque.

Rédigé le

Montre-moi tes yeux, je verrai ton coeur
Montre-moi tes yeux, je verrai ton coeur

Des scientifiques de l'université d'Edimbourg au Royaume-Uni ont devéloppé un test qui permet d'examiner de façon très précise les vaisseaux sanguins de l'œil.

La machine permettant de scanner la rétine, donne une image à très haute définition, et donc très précise de l'état des vaisseaux et des nerfs qui y circulent. Or, de telles informations peuvent donner des indications très précieuses sur la santé cardiaque des patients. Ces scientifiques espèrent donc dépister les personnes souffrant de maladies vasculaires cérébrales, à l'aide d'un simple examen de l'œil.

Des diabétiques à l'oeil

"Cela se fait déjà pour les patients à risque, comme les diabétiques, ou les personnes souffrant d'hypertension", explique le Dr Jean-Guillaume Dillinger, cardiologue à l'hôpital Lariboisière. Les ophtalomologistes pratiquent ce genre d'examen en France dans le cadre des bilans de santé d'un diabétique, par exemple. "Les patients pour lesquels on localise des lésions sur les micro-vaisseaux sanguins, sont des personnes qui risquent de faire des attaques cérébrales", ajoute le cardiologue.

Prévenir l'infarctus

Pour Tom MacGillivray, responsable du projet de recherche, ce test pourrait être élargi à l'ensemble de la population. "Si nous pouvons identifier précocément des atteintes au niveau des vaisseaux sanguins dans l'œil, nous pourrons potentiellement repérer les signes d'une maladie cardiaque. Cela nous aiderait donc à détecter les patients à risque et prévenir ainsi les complications liées à une attaque cérébrale".

Affirmer qu'il existe une corrélation aussi simple entre le risque d'infarctus par exemple et le fond de l'oeil, est une façon de regarder le patient "par le bout de la lorgnette". C'est du moins l'avis du cardiologue, Antoine Lafont : "je n'ai pas lu l'étude, mais ma première impression me dit que la démarche est conduite à l'envers". En effet, pour dépister une maladie cardiaque, il faut prendre en compte plusiers facteurs de risque, tels que l'hérédité familiale, la consommation de tabac et d'alcool, les habitudes alimentaires, etc. "Nous posons toujours des questions très précises à nos patients. Et cet interrogatoire est très précieux. Il a permis de dépister précocément les personnes à risque, et ainsi de diminuer le taux de mortalité de ces patients".

Ce test oculaire se voudrait être un "moyen d'éviter aux patients des examens de dépistage invasif, comme les biopsies", précisent les chercheurs écossais. Or, les biopsies ne se pratiquent que très rarement aujourd'hui. Pour dépister les personnes à risque, il existe des méthodes non invasives, comme les échographies cardiaques, ou les tests d'effort.

Source : "Eye test to detect early signs of heart disease", STV News, 10 avril 2012.