Le coeur des hommes génétiquement prédisposé à l'infarctus

Une équipe de chercheurs anglais, allemands, australiens, écossais et français vient de publier dans The Lancet une étude sur le risque de maladies cardiovasculaires lié à un gène strictement masculin, porté sur le chromosome Y. Il pourrait être impliqué dans la dégradation de la paroi des artères.

Rédigé le

Le coeur des hommes génétiquement prédisposé à l'infarctus
Le coeur des hommes génétiquement prédisposé à l'infarctus

C'est en étudiant le chromosome Y de 3 233 hommes Anglais que les chercheurs ont identifié deux variations génétiques principales, dont l'une augmenterait de moitié le risque de maladie cardiaque. Et cette augmentation est indépendante de facteurs comme le cholestérol, le tabac ou le diabète. Prudents, les auteurs de ces travaux pubilés dans The Lancet précisent qu'ils ont travaillé sur un groupe de gènes et qu'il reste à trouver spécifiquement LE ou LES gènes responsables et comment ils agissent sur le risque cardiaque.

Maladie cardiaque : un facteur génétique chez l'homme ?

Des facteurs héréditaires ont entraîné la mort indépendamment des autres facteurs de risque. Mais le Dr Virginia M. Miller, une de leur consoeur américaine, spécialiste dans la recherche sur ces pathologies à la Mayo Clinic n'hésite pas à affirmer dans un éditorial associé à l'étude que "cette étude apporte une perspective complètement différente sur certains facteurs de risques de la maladie cardiaque chez l’homme."

Elle expliquerait pourquoi certains hommes n'ont aucun problème au niveau du cœur alors qu'ils fument et se moquent de leur cholestérol… tandis que d'autres meurent jeunes d'une crise cardiaque sans tabagisme, ni aucune autre source de risque. Ceux-ci, "avaient des facteurs héréditaires qui ont causé la mort indépendamment du reste", poursuit le Dr Miller. Elle espère donc que des recherches approfondies sur les mécanismes en cause permettront de mieux les protéger.

Justement, les auteurs ont identifié des liens entre le groupe de gènes identifié et d'autres gènes "reliés à l’inflammation et au système immunitaire, dont certains sont très impliqués dans l’athérosclérose", c'est-à-dire la formation de la "plaque" qui se dépose à l’intérieur des artères et crée le risque d'attaque cardiaque. La variation génétique "protectrice" pourrait donc contenir des freins à ce processus... et ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques.

Source : "Inheritance of coronary artery disease in men: an analysis of the role of the Y chromosome", The Lancet, Early Online Publication, 9 February 2012

En savoir plus

Sponsorisé par Ligatus