L'urètre, redoutable porte d’entrée du VIH dans le pénis

Dans la transmission du VIH, quels sont les mécanismes d'infection par le pénis chez l'homme? Une équipe de l'Institut Cochin, à Paris, confirme que l'urètre est une porte d'entrée du virus du sida. Et que les cellules responsables de l'infection sont les macrophages, cellules du système immunitaire. Une découverte qui ouvre la voie à de nouvelles stratégies de prévention.

Rédigé le

L'urètre, redoutable porte d’entrée du VIH dans le pénis
L'urètre, redoutable porte d’entrée du VIH dans le pénis

On savait que le prépuce était l'une des principales portes d'entrée du virus du sida, ce qui expliquait que la circoncision permette de réduire de 60% le risque d'infection chez les hommes lors de rapports hétérosexuels.

Mais restait une inconnue : quelles étaient les autres éléments du pénis responsables de la contamination ?

Pour mener sa recherche, une équipe de l'institut Cochin a utilisé des tissus de pénis d'hommes sains adultes. Ils ont mis en contact avec le VIH trois zones suspectes : le gland, l'extrémité de l'urètre et la partie de l'urètre à l'intérieur du pénis. Les deux premières résistaient à l'infection. En revanche, de nombreux germes pathogènes, dont le VIH, pénètrent au niveau de l'urètre.

"Nous nous sommes aperçus que le virus était alors pris en charge par les cellules macrophages", explique Morgane Bomsel, directrice de recherche en infection et immunité à l'Institut Cochin. Les cellules macrophages sont les cellules du système immunitaire contenues dans l'épithélium (couches de cellules) de l'urètre".

Les chercheurs se sont également aperçus que ces macrophages étaient ensuite capables de constituer des réservoirs de virus. "Le virus dort alors, ne se réplique plus, s'intègre dans le génome de l'hôte, et les antirétroviraux contenus dans les trithérapies ne peuvent plus agir", poursuit Morgane Bomsel.

Ces avancées dans la connaissance des mécanismes de transmission du VIH sont importantes, puisque pour bloquer une infection il faut comprendre comment elle fonctionne. L'une des pistes de recherche désormais envisagées serait de voir si le vaccin prophylactique développé pour prévenir l'infection chez la femme pourrait protéger également l'homme au niveau de l'urètre. "Nous nous sommes en effet aperçus que le système immunitaire de l'urètre ressemblait à celui de l'appareil génital de la femme", conclut Morgane Bomsel.

Etude de référence : "The adult penile urethra is a novel entry site for HIV-1 that preferentially targets resident urethral macrophages", Mucosal Immunology, 28 November 2012, doi: 10.1038/mi.2012.116

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :