Hémangiomes : l'espoir d'un nouveau traitement

Les hémangiomes, appelés communément fraise ou tache de vin, peuvent se développer sur la tête ou sur le cou avant la première année du nourrisson. Si dans la plupart des cas ces tumeurs vasculaires ne sont pas graves, il peut parfois survenir des complications locales. Habituellement on les traite par des corticoïdes mais depuis quelques mois au CHU de Bordeaux une équipe de dermatologues a prouvé l'efficacité d'un nouveau traitement dont les résultats sont spectaculaires.

Rédigé le

Hémangiomes : l'espoir d'un nouveau traitement

Reportage de Rudy Bancquart et Alexandre Delaval

Les hémangiomes touchent près d'un enfant sur 10

Un enfant sur dix développe des hémangiomes. Dans la plupart des cas, ces taches disparaissent naturellement en quelques années sans aucun traitement. Mais des formes plus sévères d'hémangiome nécessitent un suivi médical. Les spécialistes pensent que les hémangiomes sont causés par un manque d'oxygène de certaines zones de peau avant ou juste après la naissance. En réaction à ce phénomène, des vaisseaux vont se former de manière anarchique sur la peau.

L'hémangiome apparaît souvent quelques semaines après la naissance. Et sa progression est très rapide. Un phénomène qui a tendance à inquiéter les parents. Selon leur taille ou leur localisation, les hémangiomes peuvent être dangereux. Mais depuis quelques mois, une équipe de dermatologues du CHU de Bordeaux propose un nouveau traitement : le propranolol qui est à l'origine un bêtabloquant prescrit pour des problèmes cardiaques. Son efficacité dans l'hémangiome du nourrisson a été découverte de manière fortuite.

Si les études menées par cette équipe ont prouvé l'efficacité de la molécule, on n'en connaît pas encore les mécanismes d'action. Pour le moment les recherches continuent afin de confirmer différentes hypothèses.

Certains bébés bénéficient déjà de ce traitement sous forme de solution buvable. Et les résultats sont spectaculaires. Aujourd'hui le propranolol bénéficie d'une autorisation temporaire d'utilisation. Il devrait être commercialisé par un laboratoire pharmaceutique d'ici 2013 après une évaluation par les autorités de santé.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Sponsorisé par Ligatus